En finir avec Eddy Bellegueule – Edouard Louis

Quatrième de couverture : 

Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d’entendre ma mère dire Qu’est-ce qui fait le débile là? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J’étais déjà loin, je n’appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j’ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l’odeur de colza, très forte à ce moment de l’année. Toute la nuit fut consacrée à l’élaboration de ma nouvelle vie loin d’ici ». En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Très vite j’ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.



Ma « touche » perso :


Ce roman autobiographique est à mon avis un exutoire pour l’auteur. Écrit comme on sculpterai au couteau. J’ai eut le sentiment sur lire un arbre, le fil conducteur (le tronc) avec pleins de ramifications (les branches) qui pourraient nous perdre mais finalement tout est sur le fil du rasoir, tout se tient et nous ramène au tronc. 

L’auteur a un trop pleins de haine, de douleur, de violence reçue ou perçue qui se déverse dans son roman. On ne peut pas dire que c’est un mauvais livre, mais sur certaines scènes j’ai trouvé un côté malsain qui me déplaît. Si on retire le langage cru, c’est un triste constat d’un milieu ouvrier sans le sou, avec des valeurs humaines précaires et l’intégration impossible d’un enfant homosexuel. On ne peut dire qu’il laisse indifférent (peut être ce qui explique son succès !) mais je n’ai pas aimé ……Et quand le lis « coup de poing littéraire » ou « jeune talent à découvrir »de la presse, je me demande si cela n’est pas politiquement correct d’aimer ce livre. 

Point d’impact :


 » Il demandait à ma mère si j’étais un garçon, C’est un mec, oui ou merde ? Il pleure tout le temps, il a peur de mourir, c’est pas un vrai mec. Pourquoi ? Je l’ai pourtant pas élevé comme une fille, je l’ai élevé comme les autres garçons, bordel de merde !« 


« 
De mon enfance je n’ai aucun souvenir heureux. Je ne veux pas dire que jamais, durant ces années, je n’ai éprouvé de sentiment de bonheur ou de joie. Simplement la souffrance est totalitaire : tout ce qui n’entre pas dans son système, elle le fait disparaître.« 


Palmarès de l’AUTEUR:


Edouard Louis, de son vrai nom Eddy Bellegueule est un écrivain Français né en 1992.

En 2013 il dirigera un livre écrit par 6 auteurs. 
En 2014 sort son premier roman  » En finir avec Eddy Bellegueule » largement salué par la critique .
En 2014 toujours il obtient le prix Pierre Guénin contre l’homophobie et pour l’égalité des droits.

Continuer avec l’AUTEUR:






Mon Score !



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s