Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates – Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Quatrième de couverture : 

Janvier 1946.Tandis que Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale, Juliet Ashton, jeune écrivain, compte ses admirateurs par milliers. Parmi eux, un certain Dawsey, habitant de l’île de Guernesey, qui évoque au hasard de son courrier l’existence d’un club de lecture au nom étrange : « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates »… Passionnée par le destin de cette île coupée du monde, Juliet entame une correspondance intime avec les membres de cette communauté. Et découvre les moyens fantaisistes grâce auxquels ces amis bibliophiles ont résisté à l’invasion et à la tragédie. Jusqu’au jour où, à son tour, elle se rend à Guernesey. Pour Juliet, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…



Ma « touche » perso :


Voila je laisse l’île de Guernesey avec regret. j’ai adorée ce roman … je suis très bon public, enfin lectrice, il est rare que je n’aime pas un roman mais il est rare aussi que j’adore un roman … celui-là allonge ma liste des bests de best . 

Ce roman sous forme épistolaire ( d’ailleurs c’est ce qui donne un rythme intense à cette histoire) aborde des moments graves, lourds, malheureux de la guerre 39-40 d’un façon si légère et humoristique, que c’en est un plaisir .

Avec des personnages attachants, loufoques et généreux , on est vite imprégné dans cette magnifique rencontre entre un auteur londonien et les habitants de cette île. Je le conseille vivement à tout ceux qui ne l’ont pas encore lu. 
purée j’ai le cœur gros de l’avoir terminé !!! pourtant j’ai vraiment lu tout doucement pour qu’il me dure plus longtemps ….


Point d’impact :


 » Avez-vous remarqué que, lorsque votre esprit est focalisé sur une personne, sa présence se manifeste partout où vous allez ?« 


« 
Les petits maux sont loquaces mais les grandes peines sont muettes« 


Palmarès de l’AUTEUR:


Mary Ann Shaffer, l’auteur principal de ce roman est originaire de Virginie (la fin du roman sera écrit à 4 mains avec sa nièce Annie Barrows) . Elle est née en 1934 et décédée en 2008, peu de temps après avoir appris que son livre allait être publié et traduit en plusieurs langues. Se sera son unique roman. 




Mon Score !


5-5-bis




 
Publicités

4 comments

  1. Les romans épistolaires m'ont toujours plu … Les liaisons dangereuses, Inconnu à cette adresse ….je trouve que cela donne un dynamisme au livre 🙂 et on entre dans la psychologie des personnages sans passer sur des pages de description ..
    Merci Léa pour ton avis 🙂 au plaisir de te lire sous d'autres articles !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s