L’Invention de Morel – Adolfo Bioy Casares

Afficher l'image d'origine

Quatrième de couverture : 

Le sujet de ce roman que Borges, dans sa préface, estimait être l’un des plus ingénieux des lettres modernes, demeure toujours d’une originalité hors pair.

 Dans une île déserte, un justiciable en fuite découvre des choses fantastiques. Répétées à l’infini, les images des anciens habitants de l’île parcourent le paysage, figées dans un discours éternel. L’amour du fugitif envers un des mystérieux personnages le conduira à découvrir Morel et sa machine infernale, puis à intégrer son monde.

 



Ma « touche » perso :


Un roman fantastique très court , environ 80 pages, mais très long à démarrer. Un homme s’exil sur une île déserte afin d’échapper à la justice de Calcutta. Il va découvrir de mystérieux personnages après de long mois passés sur les lieux. Tout le décors qui au préalable est dans un état d’abandon déplorable se retrouve dans un faste inattendu ..Comment expliquer c’est ces apparitions.

Pour ceux qui connaissent la série très célèbre des années 60, La Quatrième Dimension, j’ai vraiment eut le sentiment de me trouver propulsée dans un épisode en noir et blanc.Vu que le roman a été écrit en 1940, on peut se dire qu’il aurait pu inspirer la série .. L’auteur m’a un peu perdu par moment dans des termes trop techniques ou une description trop longues, et il se penche beaucoup sur le côté psychologie du personnage principal, mais j’avais très envie de connaitre la fin de cette énigme. 
J’ai passé un bon moment de lecture..


Point d’impact :


 » J’étais bouleversé par la terreur de me trouver dans un lieu enchanté et par la révélation confuse que le merveilleux se manifestait aux incrédules tels que moi…pour se venger. « 


« Les intrus ne sont pas venus me chercher. Je les vois apparaître sur les bords de la colline. Notre âme est si imparfaite (et peut-être aussi à cause des moustiques), que j’ai eu soudain la nostalgie du passé, quand je vivais sans l’espérance de Faustine mais aussi sans angoisse. J’ai eu la nostalgie de ce moment où je me suis vu installé de nouveau au musée, maître d’une solitude domestiquée.« 


Palmarès de l’AUTEUR:

Adolfo Bioy Casares est un écrivain argentin. Né en 1914 et décédé en 1999. 

Il rencontre Borges dès 1932 après longue amitié, ils collaboreront ensemble sous le pseudonyme de Bustos Domecq : Chroniques de Bustos Domecq, 1967 ; Nouveaux contes de Bustos Domecq, 1977.
En 1981 : chevalier de la Légion d’honneur
Et en 1990 : prix Cervantès pour l’ensemble de son œuvre (plus haute distinction des lettres en langue espagnole)
L’invention de Morel  a été adapté pour la télévision française en 1967 par le réalisateur Claude-Jean Bonnardot. Il avait auparavant, en 1961, inspiré le film d’Alain Resnais : L’Année dernière à Marienbad.



Continuer avec l’AUTEUR

 


 

 


 


 

 

 Ce ne sont que les romans traduits en Français ..

 
 


Mon Score !

3-5-bis

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s