Trop de bonheur – Alice Munro



Quatrième de couverture : 

Dans ce recueil, les personnages courent après le bonheur et tentent de surmonter un deuil, une crise conjugale, une humiliation. L’histoire qui clôt le livre évoque Sofia Kovaleskaïa, mathématicienne russe qui vécut à la fin du XIXe siècle et qui fut l’une des premières femmes à enseigner dans une université européenne. Mais les faits bruts, ceux qui nourrissent les biographies, ne constituent pour Alice Munro qu’un arrière-plan : elle passe la vie exemplaire de Kovaleskaïa, et celles de tous les protagonistes de Trop de bonheur, au filtre de l’intime, de la sensibilité, pour mettre en évidence les lignes de force invisibles qui guident chaque destin

 




Ma « touche » perso :

Un roman de nouvelles … 

la première raconte la folie d’un homme jaloux et possessif, qui va détruire sa famille … elle est vu par les yeux de sa femme qui a subit cette folie. pour moi l’auteur a trop lissé cette histoire à tel point que je me suis ennuyée et je ne suis pas certaine qu’une femme puisse pardonner l’intolérable. Pas une mère ! Au final je suis restée dubitative car son personnage est totalement incompris … 

Puis la seconde nouvelle ne m’a pas touché du tout ..je m’ennuyai, tournai les pages en me disant que la prochaine sera mieux .Et je n’ai même pas saisi la fin, enfin je l’ai cherché !! Il n’y a pas de chute à cette nouvelle.

j’ai refermé le livre ….

Point d’impact :

« 
Pendant très longtemps le passé se détache de nous facilement et, selon toute apparence, automatiquement, parfaitement. Ce n’est pas tant que les scènes du passé disparaissent mais plutôt qu’elles perdent tout intérêt. Et puis il se produit un retournement, ce qui était terminé et réglé ressurgit, réclamant l’attention, réclamant même qu’on tente d’y remédier, alors que l’absence et l’impossibilité absolues et tout remède crèvent les yeux.« 


Palmarès de l’AUTEUR:

Alice Munro est un auteur Canadien née en 1931.
Elle est l’auteur de quatorze recueils de nouvelles et d’un unique roman, traduits et vendus dans le monde entier.

  • 1968 : Prix du Gouverneur général pour son roman « La Danse des ombres heureuses »
  • 1978 : Prix du Gouverneur général pour son roamn « Who Do You Think You Are? » non traduit en Français
  • 1986 : Prix du Gouverneur général pour son roman « The Progress of Love » pareil non traduit.
  • 1990 : Prix Molson pour ses oeuvres.
  • 1993 : Médaille Lorne Pierce reconnaissance de ses pairs
  • 1998 : Prix Giller pour son roman « L’Amour d’une honnête femme « 
  • 2004 : Prix Giller pour son roman  » Fugitives »
  • 2009 : Prix international Man Booker
  • 2013 : Prix Nobel de littérature et oui rien que cela !!!
Comme quoi tous ces titres ne font pas un bon roman pour moi …..



Continuer avec l’AUTEUR:

 
 

 

 

 

Mon Score !

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s