La Conjuration des imbéciles – John Kennedy Toole

Quatrième de couverture : 

La Conjuration des imbéciles n’a effectivement pas d’équivalent dans l’univers du roman. 
Ce livre conte les déboires d’un être inadapté souffrant de la bêtise de son entourage, un garçon pataud aux prises avec ses ennuis gastriques, mais également un esprit supérieur. 





Ma « touche » perso :

Ce roman est resté très longtemps dans ma bibliothèque, attendant désespérément que je m’y intéresse. Ce n’est qu’à la suite d’ une conversation avec une amie, Samantha pour ne pas la citer, que je me suis engagée à le lire rapidement !

Voila, c’est chose faite !

Je le dis tout de suite, ce n’est pas roman qui m’a particulièrement plu. 
Je l’ai trouvé long, certains passages sont pour moi nullement nécessaire. 

L’humour sarcastique du roman ne me touche pas, bien au contraire. 

Le personnage principal, Ignatius est exécrable, mysogine, rasciste, hypachondriaque,  avec un égo démesuré, coconné par sa mère avec qui il est odieux. Soit disant très intelligent, il mène son monde autour de son nombril ou son anneau pylorique, et finalement fou la merde autour de lui.

Les autres personnages de ce roman sont tous idiots, incultes et complètement fantaisistes.

Par certains côtés, je me demande si le personnage d’Ignatius n’est pas une caricature de l’auteur qui par refus d’être publié, alors qu’il estimait que son roman était un chef-d’oeuvre, est tombé en dépression et c’est suicidé. d’ailleurs le côté dramatique, a peut-être permis la renommé de ce roman ?

Cela dit, il ne faut pas non plus tout voir en noir, car permettre de faire ressentir des sentiments négatifs n’est pas donné à tout le monde non plus ! Donc, je lève mon chapeau à l’auteur qui m’a donné envie de « baffer » son personnage tout au long de ma lecture !

Point d’impact :

« 
Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui.« 

« 
J’ai encore dit à mes étudiants que,par égard pour l’humanité future,j’espérais qu’ils étaient tous stériles« 


Palmarès de l’AUTEUR:


John Kennedy Toole est un auteur Américain né en 1937 et décédé en 1969. 

  • Prix Pulitzer en 1981 à titre posthume


Continuer avec l’AUTEUR:



Mon Score !


Publicités

2 comments

  1. je peux tout à fait comprendre 🙂 c'est un roman qui n'a pas de demi mesure. soit on aime soit on aime pas. Moi je n'apprécie pas qu'on me fasse ressentir des sentiments sombres. Mon côté gentille fille surement 😉 Mais merci pour ton avis, j'apprécie beaucoup les échanges et différences. J'espère à très bientôt !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s