Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles – Samantha Hayes et Loretta Nyhan

 

Quatrième de couverture : 

Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory Whitehall s’ennuie. Laissée seule avec son fils de 3 ans, enceinte jusqu’aux yeux, la jeune femme cherche une occupation pour tromper la solitude.
Un beau matin, Rita Vincenzo reçoit la lettre d’une inconnue du Massachussetts…
Entre Glory, jeunette impulsive, et Rita, femme de poigne au grand cœur, se tisse une amitié au fil de la plume. Une correspondance entre deux femmes séparées par des centaines de kilomètres, accidentellement rapprochées par l’absence de leurs époux, partis sur le front.
Étayée d’instants complices, de joies, de peines, de drames, cette correspondance offre à chacune des deux femmes un moment de réconfort unique dans un monde bouleversé par les échos de la guerre qui menacent de saper leur courage.
Comment vivre dans un monde sans hommes ? Comment égayer le quotidien lorsque tout est rationné ? À qui confier le mal-être, la souffrance de celles qui attendent, impuissantes et fébriles des nouvelles des époux, des fils qu’elles ont vus partir de l’autre côté de l’océan ?
Trois ans de correspondance, autant de partage de recettes, de conseils de jardinage, de confidences inavouées… pour l’une des plus belles histoires d’amitié jamais écrites.

 




Ma « touche » perso :


Ce roman épistolaire est une histoire d’amitié. Le lien qui uni ces deux femmes qui ne se sont jamais vu et jusque là jamais écrit est riche d’espoir, de tristesse et parfois d’oublis de soi.

Car on ne nous décrit pas deux femmes extraordinaires ni puritaines avec une morale à toutes épreuves. Non, ces deux femmes ont des défauts. On est loin de l’image des américaines pendant la seconde guerre mondiale.

Et d’une lettre à l’autre, on va voir la plus jeune « Glory » changer, je dirai même devenir une femme ! Entre les aléas de la vie, l’éloignement des hommes partis à la guerre, les enfants à éduquer, le jardinage, on découvre aussi la détresse de ceux qui sont restés, la pénurie alimentaire et des femmes qui doucement comprennent qu’elles peuvent faire autre chose que de s’occuper de la maison. Une seconde vie aux suffragettes !   

Un roman qui contient une profusion de sentiment, qui nous fait passer des larmes aux rires !
J’ai déjà dit que j’avais une affinité pour les romans épistolaires car j’aime le dynamisme que cela donne à ma lecture.
Dans celui-ci, il faut savoir qu’en plus, il a été écrit à deux mains, les deux auteurs prenant l’identité d’une des héroïnes et de surplus ne se sont jamais vu avant de se lancer dans cette aventure. 

Verdict une lecture très sympathique à lire même si je dois avouer que le début est un peu long. 
                  

Point d’impact :

 » 
Fut un temps où le chaos régnait sur le monde cauchemar interminable champs de morts et au milieu, deux femmes prirent la plume pour se confier leurs projets,leurs rêves,leurs chagrins sur papier blanc,d’une main affirmée….« 

 » 
C’est drôle. Il pleut des bombes tous les jours, la violence et le chaos ravagent le monde, mais nous avons surtout peur des mines cachées au fond de nos coeurs…. Celles que nous espérons ne jamais voir exploser.« 

 » Vous ai-je déjà raconté que j’avais passé une année entière en France? J’ai vécu l’occupation de ce pays comme un affront. Comment peut-on occuper une nation si éprise de liberté et de joie de vivre? Comment peut-on envahir un peuple si hardi, si audacieux?
La réponse, c’est qu’on ne peut pas.
« 


Palmarès de l’AUTEUR:

Samantha Hayes est un auteur Anglais.

En 2003, Sam Hayes remporte un prix pour une nouvelle et un petit éditeur publie son premier roman « Out of mind » en 2004. Elle trouve alors un agent, ses deux romans suivants, entrant dans la catégorie des thrillers psychologiques, sont acceptés par la maison d’éditions « Headline »: « Blood ties » paraît en 2007 et « Unspoken » en 2008. « Blood ties », rapidement  un best-seller est traduit en allemand, hollandais, norvégien, russe et en fançais aux Éditions City qui le publient en 2011 sous le titre Les liens du sang.

Les romans suivants, tous accueillis très favorablement par les critiques et lecteurs: « Unspoken », « Tell-tale » (2009) et « Someone else’s son » (2010) restent indédits en France. L’auteure, mère de trois enfants, écrit des thrillers dans lesquels la famille, les enfants, des mères, tiennent une grande place, confrontées au crime, à la peur, face à des situations où la réalité dépasse très souvent la fiction. En 2013, alors que « Until you’re mine » est tout juste publié en Angleterre, il apparaît simultanément en version française aux Éditions Le Cherche Midi sous le titre Les mères, signé Samantha Hayes, qui reste Sam Hayes pour le Royaume-Uni.
 
Loretta Nyhan est Américaine, auteur d’un blog.
Ce roman est son premier ouvrage !
Rencontrées sur le blog de Loretta, les deux femmes ont fait le pari fou de coécrire une ?uvre sans jamais se rencontrer ? jusqu’à la publication ?, à la manière de leurs personnages…


Continuer avec l’AUTEUR:

 

Mon Score !

4-5-bis
Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s