Un intérêt particulier pour les morts – Ann Granger

 



Quatrième de couverture : 

Nous sommes en 1864 et Lizzie Martin accepte un poste de dame de compagnie à Londres auprès d’une riche veuve qui est aussi une propriétaire de taudis. Lizzie est intriguée d’apprendre que la précédente dame de compagnie a disparu, apparemment après s’être enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvée dans les décombres de l’un des bidonvilles démolis récemment autour de la nouvelle gare de St Pancras, Lizzie commence à se demander ce qui s’est passé. Elle renoue avec un ami d’enfance, devenu l’inspecteur Benjamin Ross, et commence à enquêter avec son aide, au péril de sa vie, pour découvrir la vérité sur la mort de la jeune fille dont le sort semble étroitement lié au sien.

 

Ma « touche » perso :


C’est un petit roman bien sympathique 😉 

Cela se passe à Londres en 1864 … 
L’auteur vous dresse une atmosphère brumeuse dans un Londres en plein essor. Les logements insalubres, les rues pavées, les cochers à l’oeil lubrique.. 

Une jeune femme se rend à son premier poste , femme de compagnie, et découvre que la personne qui avait ce poste avant elle a été retrouvé assassiné …. 
Ayant été élevée avec une certaine liberté de pensée, notre héroïne ne peut que s’interroger et glaner par ci par là des informations. L’enquête est menée par l’inspecteur Ross, un jeune homme qui ne sera pas insensible aux charmes de Lizzie. Bref, tous les éléments sont là pour tenir le lecteur dans son filet !

Roman écrit à deux voix ..Celle de Lizzie Martin (notre dame de compagnie) et de l’inspecteur Ross. cela permet de donner un certain dynamisme à l’histoire !

Une lecture agréable qui n’est toutefois pas du calibre d’un Caleb Carr par exemple, car moins détaillé en méthode d’investigations, mais qui nous fait passer une très bon moment. D’ailleurs, ce roman est le premier d’une série de quatre volume, à l’heure actuelle, et le deuxième tome attends sagement dans ma PAL !
                  

Point d’impact :

 » 
Telle une vieille dame desserrant son corset, la locomotive émit un long soupir, puis elle enveloppa tout et tout le monde dans un linceul de vapeur et de fumée. La nuée tourbillonna autour du quai et monta jusqu’au plafond de la gare où elle resta piégée. L’odeur de soufre me ramena à mon enfance, dans la cuisine de Mary Newling un matin où j’étais chargée d’écaler des œufs durs.« 

 » 
Le brouillard se refermait sur moi, m’enveloppait aussi sûrement qu’un nouveau-né. Et comme un nouveau-né, je regardais le monde avec étonnement, incapable de différencier le nord du sud et l’est de l’ouest, et tout juste le haut du bas. Etais-je en train de monter une légère pente ? Descendais-je une ruelle ? J’avais cru me trouver dans une rue parallèle à Oxford Street ; peut-être étais-je en train de m’éloigner. Je n’entendais aucun bruit de circulation, le brouillard émoussait tous les sons.« 


Palmarès de l’AUTEUR:

Patricia Ann Granger est un auteur Britannique née en 1939.
Elle commença a écrire des romans historiques sous le nom de plume d’Ann Hulme.

Elle a à son actif plus d’une trentaine de romans publiés en Angleterre.


Continuer avec l’AUTEUR:

Mon Score !

3-5-bis


Publicités

4 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s