La nostalgie heureuse – Amélie Nothomb

Quatrième de couverture : 

« Tout ce que l’on aime devient une fiction. La première des miennes fut le Japon. A l’âge de cinq ans, quand on m’en arracha, je commençai à me le raconter. Très vite, les lacunes de mon récit me gênèrent. Que pouvais-je dire du pays que j’avais cru connaître et qui, au fil des années, s’éloignait de mon corps et de ma tête ? « .

Ma « touche » perso :

On ne présente plus cet auteur, qui m’a séduit lors de la parution de Stupeur et tremblement. 

J’aime sa plume qui donne une lecture fluide et légère et j’aime particulièrement lorsqu’elle nous conte son Japon !

Car généralement il y a ce côté dépaysant et surtout une vision « Européenne » de ce pays et de ses habitants. Il faut tout de même reconnaître que nos cultures sont assez différentes!! 

La nostalgie heureuse peut être considéré comme une suite du roman « Ni d’Eve ni d’Adam » qui m’avait beaucoup plu.
Malheureusement ce roman autobiographique, n’a pas la grandeur de son prédécesseur. 
Je suis assez déçue, car j’ai le sentiment que c’est une grosse publicité. 
Je m’explique …. Amélie Nothomb retourne dans son Japon pour un reportage télévisé. Elle nous écrit ses impressions lors du tournage. Mais à aucun moment l’auteur ne cache la chaîne télévisée organisatrice ! Pourquoi la citer ?? cela n’aurait rien changé au roman en cachant cet élément!

Bref, ensuite on a un peu l’impression que cet ouvrage n’est pas écrit avec son cœur et que ce reportage est exploité au niveau visuel et au niveau littéraire. 

Je dois dire que c’est le premier roman de cet auteur qui me donne cette impression, cela reste indiscutable que pour moi, malgré tout, c’est un auteur de talent !!

Point d’impact :

« 
A quoi sait-on qu’une personne âgée n’a plus toute sa tête ? Il y a comme un flottement. Ce n’est pas elle qui est perdue face à nous, c’est nous qui sommes perdus face à elle. Elle détient un savoir capital : elle connait l’art de ne plus assimiler ce qu’elle refuse. Nous voudrions tous être capables de ce prodige.« 

 » 
On pourrait en déduire que ma mère de sang n’était pas une bonne mère. Ce qui est faux. Celle que je nomme maman est une mère exceptionnelle, je sais mon privilège d’être sa fille. Mais le coeur est multiple et de même que l’on peut tomber amoureux plus d’une fois , on peut identifier plus d’une femme à la mère idéale. C’est le gage de plus d’émotion, de plus d,attachement et de plus de deuil.« 


Palmarès de l’AUTEUR:

Amélie Nothombt est un auteur Belge que l’on ne présente plus née en 1967 au Japon.

Auteur de plus d’une vingtaine de romans, je ne citerai ici que ceux qui ont été primés.


  • Hygiène de l’assassin,  (prix René-Fallet, prix Alain-Fournier) 
  • Le Sabotage amoureux,(prix de la Vocationprix Jacques-Chardonne
  • Stupeur et Tremblements,(grand prix du roman de l’Académie françaiseprix des libraires du Québec
  • Ni d’Ève ni d’Adam, (prix de Flore
  • Le Fait du prince, (grand prix Jean-Giono) 

Elle sera également faite Commandeur de l’ordre de la Couronne


Continuer avec l’AUTEUR:

 

 

 Je ne pouvais tout mettre donc je n’ai posé que les livres lus de cet Auteur !

Mon Score !



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s