Autobiographie d’une courgette – Gilles Paris

Quatrième de couverture : 

« Depuis tout petit, je veux tuer le ciel ». Ainsi commence l’histoire racontée par Icare, un petit garçon naïf et inculte, surnommé Courgette, qui, à neuf ans, vit à la campagne avec sa mère. 
Depuis son accident, la mère de Courgette ne travaille plus à l’usine et boit des bières en regardant la télévision du matin au soir. Elle s’occupe peu de son fils qui n’apprend rien à l’école et joue seul pour la plupart du temps. 
Les rares dialogues échangés passent par la télévision, source d’inspiration de Courgette qui ne connaît la vie qu’à travers le petit écran. 
Un jour, Courgette découvre un revolver et tue accidentellement sa mère. Le juge le déclare « incapable mineur » et Courgette est envoyé dans une maison d’accueil. Mais pour Courgette, contrairement aux autres enfants, la maison d’accueil est loin d’être « une prison ». 
L’apprentissage d’une vie passe désormais par les Fontaines et tous les rêves de Courgette deviennent possibles

Ma « touche » perso :

La première fois que j’ai entendu parlé de ce roman, je me suis dit c’est quoi cette histoire de courgette ??? la première couverture était plus colorée et du coup je me suis demandée si c’était un roman pour adulte.. Et puis, une amie m’a dit, il faut absolument que tu le lises … L’occasion c’est présentée au salon du livre de la Mairie du 7 ème et voila je suis ravie de cette découverte.

Ce roman nous parle d’un enfant de 9 ans, que la vie n’a pas épargné. Son père l’a abandonné, sa mère est alcoolique, le maltraite et un terrible accident va changer le cours des choses.
Comment le plus terrible des événements va lui permettre de trouver un équilibre, des amis, une famille et l’amour.

Ce roman est drôle, tendre. Ecrit à la première personne, nous sommes totalement immergé dans le monde d’Icare dit Courgette. Monsieur Paris est très doué pour nous faire revenir en enfance, nos 9 ans ne sont pas si loin finalement!

Les pages défilent, et le livre arrive à sa fin et l’on se dit qu’il est bien court ce roman, on aurait bien continué un peu avec tous ces gamins …

Point d’impact :

« Des fois, les grandes personnes faudrait les secouer pour faire tomber l’enfant qui dort à l’intérieur. « 


« On va s’asseoir dans l’herbe au bord de la rivière.
– T’as pas froid ? dit Raymond.
– Non.
Et il enlève son blouson et il m’enveloppe dedans.
Des fois les grandes personnes, ça écoute que dalle. »



Palmarès de l’AUTEUR:

Gilles Paris est un écrivain français. 

Il est tout d’abord fonctionnaire au ministère de la Jeunesse et des Sports dans le service « documentation », puis journaliste dans le domaine du cinéma et de la musique pour la presse populaire. Il est ensuite attaché de presse dans l’édition, d’abord chez Jean-Claude Lattès et Plon, puis pour son propre compte.

Son premier roman, « Papa et Maman sont morts » (1991, Le Seuil), a été adapté au cinéma, et le suivant « Autobiographie d’une Courgette » a été traduit en plusieurs langues et s’est vendu à plus de 150 000 exemplaires. Il a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation pour la télévision, réalisée en 2007 par Luc Béraud, intitulée « C’est mieux la vie quand on est grand » avec Daniel Russo dans le rôle du gendarme.

« Au pays des kangourous » sorti en 2012 reçoit de nombreux prix: 
le Prix Cœur France 2012, le Prix Roman de la ville d’Aumale 2012, le Prix des lecteurs de la bibliothèque Goncourt 2012, le Prix Folire 2012 et le Prix Plume d’Or 2013 (Plume libre – catégorie romanesque).

En 2014 sort « L’été des lucioles ». 

Son prochain roman est prévu pour janvier 2016.


Site officiel de l’auteur (n’hésitez pas à faire un tour pour lire les 6 nouvelles disponibles )

Continuer avec l’AUTEUR:

Mon Score !

4-5-bis


Publicités

4 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s