Ravensbrück mon amour – Stanislas Petrosky

Quatrième de couverture : 

Gunther, jeune artiste allemand enrôlé de force au moment de la construction du camp de Ravensbrück, en devient l’illustrateur officiel, obligé de mettre son talent de dessinateur au service des autorités nazies Rien n’échappe au crayon affûté du jeune homme : l’horreur des camps, les expériences médicales, les kommandos, les mœurs des officiers, la vie, la mort. Dans ce roman noir, Stanislas Petrosky pénètre au cœur de Ravensbrück et en décrit implacablement chaque recoin, afin de ne jamais oublier.

Ma « touche » perso :

Encore un livre sur la barbarie, l’atrocité. Comme beaucoup qui traitent des camps de concentration me direz-vous? Ce roman n’a pas la prétention de vous en apprendre plus ou moins, il a juste un devoir de mémoire. Comme tous, ils ont pour vocation de ne pas oublier. Alors oui, si l’on connait un peu son histoire et si on a lu un peu sur le sujet, nous connaissons la dureté des camps, les médecins fous, les gardes sadiques, mais cette lecture n’en reste pas moins oppressante car tous ces faits se rappellent à vous! 

Ravensbrück mon amour est un roman de fiction dans un lieu, une époque et certains des personnages sont réels. 

Ravensbrück est donc un camp de concentration qui a réellement existé situé à 80 km au nord de Berlin. il a tenu prisonnier essentiellement des femmes et des enfants (environ 132 000 ). Il fut libéré  le 30 Avril 1945 par l’armée Russe.

Le titre de ce roman est assez déroutant, comment peut-on associer ce nom Ravensbrück avec le mot amour, comment dans l’horreur peut naître quelque chose de beau ?? Pour comprendre, il faut lire ce roman. Et assister à la rencontre de Gunther et d’Edna.

Gunther est un jeune homme Allemand, qui est là par la force des choses; ce n’est pas un choix. Artiste, il n’est pas assez téméraire pour agir selon son cœur. Il va trouver sa seule force dans ses capacités.

« Pour me donner le courage de supporter la vie au camp, je ne cessais de me répéter qu’un jour cela finirait, qu’un jour un autre pays s’opposerait enfin à Hitler. Bien sûr, le salut ne viendrait pas de gens comme moi, je ne ferais jamais partie des libérateurs, armes au poing. Mon rôle était tout trouvé, j’aiderai les survivantes à témoigner pour que cela n’arrive plus. »

Edna est Française, juive et prisonnière. On pourrait dire pleins d’autre chose sur elle, mais elle n’est plus rien!

L’auteur vous plonge dans cette atmosphère étouffante, au point où il a fallu que je lève les yeux du lire à plusieurs reprises afin de reprendre mon souffle. J’appréhendais certains passages dès que je voyais arriver des caractères en italique qui ne présageaient rien de bon. Je tire mon chapeau à cet auteur qui du haut de ses Quarante ans (facile je suis née la même année) a su nous parler comme un rescapé. 

Un magnifique roman ( c’est dingue de dire magnifique vu le thème abordé dans ce roman !) que je recommande à la lecture de tous !!!! Alors oui, vous risquez de pleurer, oui vous allez vous sentir un peu nauséeux et bizarrement tout ce qui vous entoure sera relativisé … 

Mon Score !

5-5-bis

 

Palmarès de l’AUTEUR:


Né en 1975 sur les bords du lac Sevan, en Arménie. Stanislas Petrosky quitte son pays à l’âge de dix-sept ans pour rejoindre la France. Il glissera dans une délinquance de plus en plus dure et connaîtra de nombreux démêlés avec la justice.

C’est lors de ses séjours à l’abri du soleil qu’il se découvrira une passion pour l’écriture, sombre de préférence, en commençant par les nouvelles. Ravensbrück mon amour est son premier roman.

Publicités

4 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s