Territoires – Olivier Norek

Quatrième de couverture : 

Depuis la dernière enquête du capitaine Victor Coste, le calme semble être revenu au SDPJ 93. Son équipe, de plus en plus soudée, n’aura cependant pas le temps d’en profiter. L’exécution sommaire, en une semaine, des trois jeunes caïds locaux de la drogue va tous les entraîner dans une guerre aussi violente qu’incompréhensible. Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un ado de 13 ans chef de bande psychopathe, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire torturé, retrouvé mort dans son appartement, la fille d’un élu qui se fait tirer dessus à la sortie de l’école… Coste va avoir affaire à une armée de voyous sans pitié : tous hors la loi, tous coupables, sans doute, de fomenter une véritable révolution. Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang ? Avec son deuxième polar admirablement maîtrisé, Olivier Norek nous plonge dans une série de drames – forcément humains – où seul l’humour des  » flics  » permet de reprendre son souffle. Un imbroglio de stratégies criminelles, loin d’être aussi fictives que l’on croit, dans un monde opaque où les assassins eux-mêmes sont manipulés. 

Ma « touche » perso :

J’étais très impatiente de retrouver toute l’équipe de Coste. Ce commissaire du 93 qui m’avait bluffé lors du premier roman de l’auteur.

Donc on reprend les mêmes joueurs ( Olivier Norek, les personnages récurrents, la banlieue, des méchants et moi ) et c’est repartie pour tour….

Établissons déjà le lieu et le climat de ce roman, il se situe dans une cité de Malceny, une plaque tournante du trafic de drogue où les trois grand caïd viennent de se faire tuer. D’ailleurs nous assistons à l’exécution de deux d’entre eux .. pas joli joli tout ça !

Et puis, il y a ces gosses qui n’ont d’ailleurs jamais profité de leurs enfances, qui côtoient et participent à l’horreur, à la terreur des banlieues. Qui doivent être plus fort pour survivre et seront des adultes complètement en dehors de la société.un peu psychopathe pour certains.

Ces petits vieux qui n’ont d’autres choix pour survivre, de subir, de fermer les yeux et de faire ce qu’on exige d’eux. 

Et en haut de tout cela, on retrouve le boss, celui qui tire les ficelles. 
Voila, les pions sont posés, d’ailleurs le grand chef de la police nous explique ce qu’il se passe :

« Trois exécutions en moins d’une semaine, ce n’est pas un hasard, c’est une révolution. Une révolution qui nous plonge dans un bain de merde. Tout change. »

Et c’est repartie, on se prend un uppercut une fois de plus. C’est assez impressionnant de lire sans s’en rendre compte. Toujours très proche de l’actualité, on frôle un réalisme navrant. Ce livre n’est pas une main qui va tenir la tête des gamins des cités sous l’eau, non c’est un constat sans jugement. Et puis, comme pour le premier livre, les grands, les hauts placés ont toujours un part de responsabilité dans la misère du monde!

L’écriture de l’auteur est comme pour le premier roman, très addictive. Chapitres courts, un dynamisme excellent, ce qui m’avait un peu gêné dans le premier tome (les abréviations des divers services) est moins présent. Bref, avec deux essais réussi je peux dire que Monsieur Norek fait parti des grands auteurs contemporain dans la catégorie Policier ! Il est donc primordial de faire sa connaissance ….et moi je le dis haut et fort, je suis fan du Monsieur !

Mon Score !

5-5-bis

Palmarès de l’AUTEUR:

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis (93).

Après deux ans dans l’humanitaire, il devient gardien de la paix à Aubervilliers, puis rejoint la PJ au service financier puis au groupe de nuit chargé des braquages, homicides et agressions.

Après avoir réussi le concours de lieutenant, il choisit Bobigny au sein du SDPJ 93, à la section enquêtes et recherches (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon, cambriolage impliquant un coffre-fort…).

Code 93 (2013) est son premier livre. 
Suivi de Territoires (la suite de code 93)



Publicités

5 comments

  1. entièrement d'accord avec toi Stéphanie ! J'aimerai trouver une personne qui n'ait pas apprécié les romans d'Olivier Norek, qui plus est, ne se la joue pas, et n'a pas la grosse tête. Un mec simple vrai, qui parle très bien de ses romans inspirés grandement par son expérience professionnelle.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s