Nous sommes Charlie

Ce recueil est parut suite aux attentats du journal « Charlie Hebdo » . Je ne reviendrai pas sur ce dramatique événement, nul ne peut ignorer ce qu’il c’est passé, vu le soulèvement populaire national et international.

Les bénéfices de ce roman vont directement au journal, alors oui on sait que depuis ils ont ramassé suffisamment d’argent pour tenir plusieurs années donc je n’insisterai pas sur ce point. Par contre la lecture de ce roman est un combat pour la liberté d’expression. Liberté qui nous est chère. Liberté qui m’est essentielle. Liberté qui me permet de me sentir moi-même et de dire ce qu’il me passe par la tête, même si ce sont des inepties.

Donc ce recueil regroupe les textes de 60 auteurs. Dont, parsemés, des extraits de Beaumarchais, Diderot, Hugo et voltaire qui se sont battus aussi, autre époque et combat égal.

Tous les autres ont réagit et fait parler leurs plumes, leurs armes, leurs cœurs. Pour certains ce sont des courriers ou un constat, des réactions car nul ne pouvait rester muet sinon tout était perdu (pourquoi d’ailleurs mettre cette phrase au passé !) . Pour d’autres c’est ce qu’ils savent faire de mieux, un conte une histoire (j’ai une préférence pour cette forme de manifestation).
Alors j’ai des auteurs de prédilection bien évidement. L’histoire Fabrice Humbert me touche particulièrement ( en même temps j’ai un attachement pour cet auteur.) Une grande tendresse pour le texte de Ian Manook car je vois ma grand-mère dans les traits de sa mère. Sans oublier Romain Puertolas qui me fait sourire malgré l’horreur et ça chapeau Monsieur !

Et malgré les 3 mois de passés je peux vous garantir que l’émotion reste la même en lisant ces lignes. Les larmes ne sont pas loin.

Je terminerai cette chronique par une citation de la réaction de Frédéric Beigdeger car elle me fait penser à la dernière boucherie au Kenya qui vient de perdre ses étudiants .

« A ce violent malaise que cette sensation procure, aux larmes du chagrin, à la culpabilité d’être plus troublé par ces morts si proches que par les milliers de victimes à deux heures de chez nous. Si, ne soyons pas hypocrites, c’est une règles journalistique bien connue, les massacres géographiquement éloignés nous perturbent moins que deux ou trois morts dans notre ville, notre pays. Pourtant, une certaine souffrance est là. A des degrés divers selon sa sensibilité, son empathie, son fatalisme. »

Publicités

4 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s