L’architecte du sultan – Elif Shafak

Quatrième de couverture : 

Istanbul, XVIe siècle. Le jeune Jahan, arrivé clandestinement, évolue dans la ville en compagnie d’un éléphant blanc destiné à être offert au sultan Suleiman le Magnifique. Il rencontre des courtisans, des gitans, des dompteurs, mais aussi la belle Mihrimah. Un jour, il attire l’attention de Sinan, l’architecte du roi.






Ma « touche » perso :


Ce roman nous raconte l’histoire de Jahan , un gamin qui, par amour d’un éléphant, va traverser la mer, faire la guerre et devenir le disciple de l’architecte du sultan, l’illustre Mimar Sinan.



Et puis il ne faut pas oublier sa rencontre avec la princesse, un envoûtement !

« Quel âge as-tu?
-Douze ans.
-J’ai un an de plus, dit-elle. J’en sais plus long que toi. »
Toujours incliné, Jahan ne put s’empêcher de sourire. Elle n’avait pas dit le plus évident: qu’elle était de naissance noble et lui un moins que rien. Lui rappeler qu’elle était plus âgée, c’était faire comme s’ils étaient ou pourraient un jour devenir égaux


Un roman qui vous transporte en Turquie, Istanbul pour être plus précis, courant XVI siècle. Un voyage dans le temps, dans une époque où le Sultan avait tout pouvoir, où son palais était une ville à part entière avec sa ménagerie, son harem, ses courtisans etc….. où Istanbul était une mégapole qui brassait un mélange ethnique incroyable.


A travers l’histoire de ce gosse, nous touchons de prêt l’histoire d’un sérail, de la vie à cette époque que ce soit des musulmans, juifs ou chrétiens, des épidémies et des divers complots de la cour.

« A quelle allure les choses changeaient, jusqu’où les gens pouvaient tomber, et de quelle hauteur ! Y compris ceux qu’il aurait crus hors d’atteinte. Ou peut-être, justement ceux-là. Comme s’il existait deux arcs invisibles : avec nos paroles et nos actes nous montons; avec nos paroles et nos actes nous descendons. »

Elif Shafak est une conteuse. Elle nous berce dans ce monde de milles paillettes, de soie et de senteurs épicées.  Entre fiction et réalité, elle nous élève à la magie d’une époque oubliée. Le temps ralenti, les minutes s’égrainent tel un sablier de poudre d’or fin, vous êtes au diapason avec ses mots et vous n’avez aucune envie de lutter .

J’avais lu « Bonbon Palace » qui ne m’avait pas vraiment emballé (plu par sa plume mais pas vraiment pour son histoire), là il n’y a rien à redire, ce roman est une merveilleuse découverte !

Une lecture enrichissante qui, pour les amoureux de la Turquie et de son histoire ou les petits curieux, devrait vous ravir !

Mon Score !

4-5-bis



Palmarès de l’AUTEUR:

Fille d’une diplomate turque Elif Shafak est née à Strasbourg en 1971. Elle a passé son adolescence en Espagne avant de revenir en Turquie. 

Après des études en Gender and Women’s Studies et un doctorat en sciences politiques, elle a un temps enseigné aux Etats-Unis à l’université de l’Arizona. 

Elle vit aujourd’hui à Istanbul. 

Internationalement reconnue, elle est l’auteur de neuf livres, dont La Bâtarde d’Istanbul (Phébus, 2007).

Publicités

2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s