Les frères Sisters – Patrick deWitt

Quatrième de couverture:

Oregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redooutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d’égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du « Commodore », leur employeur, aux jours d’un chercheur d’or du nom de Hermann Kermit Warm. Tandis que Charlie galope sans états d’âme – mais non sans eau-de-vie – vers le crime, Eli ne cesse de s’interroger sur les inconvénients de la fraternité et sur la pertinence de la funeste acitivité à laquelle lui et Charlie s’adonnent au fil de rencontres aussi insolites que belliqueuses avec toutes sortes d’individus patibulaires et de visionnaires qui hantent l’Amérique de la Ruée vers l’or.
Dans ce roman jubilatoire où l’humour noir le dispute à une subtile excentricité, Patrick deWitt rend un hommage décalé aux classiques du western tout en invitant le lecteur à en explorer les ténèbres, sous l’inoubliable houlette de deux frères moins liés par le sang et la violence que par l’indéfectible amour qu’en silence ils se portent.


Ma « touche » perso:

un roman qui sort des sentiers battus (c’est le cas de le dire car on est sur des chemins de terre)…. On se retrouve en plein western !!! Oui vous avez bien lu, Cow-boys, chevaux ..Tout ça!



On suit la chevauchée de deux tueurs à gage engagés par le commodore (le grand méchant) pour exécuter un homme qui l’aurait volé .. A travers les villes et les déserts, ils feront des rencontres plus ou moins chanceuses !! Ah mais attention, lorsque l’on prononce leurs noms, plus un son , on a les guibolles qui tremblent, la clope qui se consume et nous brûle les lèvres et les serpents ne sonnent plus ! Les frères Sisters ne sont pas des enfants de cœur et tout le monde le sait.

Cela dit , ces deux hommes , ces deux frères ne se ressemblent pas . Et l’on sent au fur et à mesure de notre lecture qu’ils s’éloignent l’un de l’autre. L’un aspire à un peu plus de tranquillité et de stabilité. Une femme et de l’amour. L’autre ne souhaite que faire son boulot et montrer son emprise sur son frère.

Elle glissa la pièce dans sa poche. Ses yeux se perdirent dans la direction où Charlie avait disparu, et elle dit, « J’imagine que votre frère ne me donnera pas cent dollars, à moi.
– Non, je ne crois pas.
– C’est vous qui avez tout le sang romantique, c’est ça?
– Nous sommes du même sang, mais nous n’en faisons pas le même usage. »

Cela dit, c’est la dernière mission des frères Sisters, après ils raccrochent leurs flingues et seront Tailleurs. Beaux costumes et beaux chapeaux . Mais pour cela, il ne faut avoir personnes sur le dos ! Et toute personne qui se mettra sur leurs routes se retrouveront entre 4 planches !

Un roman qui se lit vraiment très facilement, la narration est très fluide. Le point négatif : je n’ai pas réussi à vraiment m’attacher aux personnages. (pourtant il y a des situations plutôt risibles ! Surtout Elie et son hygiène dentaire ) Bon en même temps, je n’ai jamais été très Western, mais je suis téméraire comme fille  .. J’ai aimé être plongé dans la ruée vers l’or, c’était dépaysant. Déroutant .Et finalement bien mieux qu’un Sergio léone (Au risque de déplaire aux fans de ce genre de film)


Mon score:

3-5-bis



Palmarès de l’AUTEUR:

Né en 1975 sur l’île de Vancouver au Canada, Patrick DeWitt vit actuellement dans l’Oregon. « Les frères Sisters » a figuré dans la dernière sélection du Man Booker Prize 2012, la plus haute distinction littéraire au Royaume-Uni.
« Les frères Sisters » parait chez Actes Sud. 

Publicités

2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s