Tête à tête avec Nicolas Gaube

Nicolas Gaube est un jeune auteur ! Son premier roman  » Le secret de Thangka  » est parut en Novembre 2014 aux Editions Ex Aequo. Il a eut la gentillesse d’accepter de répondre à quelques questions. Un auteur et un roman jeunesse à découvrir !


Si vous n’avez pas encore lu Ma chronique !

Pourrais-tu te présenter ?

Nicolas Gaube, auteur de romans tendance thriller ou fantastique. Mon premier roman, Le secret de Thangka, est sorti en décembre dernier. J’aime écrire des histoires haletantes et gentiment effrayantes !

Le secret de Thangka est, je crois, ton premier roman, pourquoi avoir choisi un chien comme personnage central ? C’est assez inhabituel d’être dans la peau d’un animal !

Tout simplement parce que j’ai rencontré LE chien. Mon chien. J’ai été assez fasciné par son intelligence et sa manière de comprendre mes habitudes de vie, allant jusqu’à les anticiper. Le jour, où je lui ai demandé de mettre sa balle au panier et qu’il l’a fait sans que je le lui aie appris, je me suis dit que j’étais tombé sur un phénomène. D’où l’idée de raconter les aventures d’un chien doté d’une intelligence exceptionnelle. À ce moment sont venues les questions. Comment un chien pourrait-il devenir plus intelligent ? Dans quel but ? Le plus stupéfiant fut de constater que tout ce que j’ai imaginé existe déjà. Je voulais absolument que l’aspect scientifique soit vraisemblable. Tout ce que vous lirez dans le roman comme l’emploi de virus dans le traitement de certaines maladies ou les travaux de génétique sur les chiens sont des réalités.

Dans ce roman, tu abordes des sujets sensibles comme le rejet des familles de jeunes homosexuels (tu parles d’ailleurs de l’association Refuge) ou de l’expérimentation animale (sujet un peu tabou ), Pour toi un roman doit être porteur de messages ?

Je crois que n’importe quel roman l’est, à sa manière. Le tout est que cela soit fait avec suffisamment de subtilité pour que l’histoire n’en pâtisse pas et éviter l’effet « donneur de leçon ». Je décris certaines situations, au lecteur de faire la seconde partie du travail. Tout le monde est scandalisé par l’abandon des chiens au bord des routes, juste avant les grandes vacances. J’en fais partie. Savoir que des parents abandonnent leurs enfants de la même façon parce qu’ils ne correspondent pas à leur idéal est tout aussi scandaleux, mais on en parle moins. J’ai pu rencontrer ces jeunes laissés à l’abandon et ceux qui travaillent avec eux. Les personnes qui s’investissent pour Le Refuge font un travail remarquable.


D’ailleurs, tu t’adresses à des adolescents ou jeunes adultes, pourquoi avoir choisi de cibler ce public-là ?

C’est un choix d’éditeur qui est venu a posteriori. À aucun moment, je ne me suis dit : « Attention, tu écris pour des ados. » Il n’y a pas eu de censure volontaire de ma part. D’ailleurs, la plupart des lecteurs de Thangka sont des adultes et cela ne les a pas empêchés d’y prendre du plaisir ! Les retours que j’ai de lecteurs ou de libraires spécialisés en polar sont très encourageants. Depuis, j’ai redécouvert la littérature jeunesse. Elle est d’une richesse insoupçonnée et certains romans n’ont rien à envier aux plus noirs des romans noirs. Je pense notamment aux romans de Guillaume Guéraud. Il n’a aucune limite et c’est bon !

j’ai lu quelque part que tu es prof, dis moi as tu partagé cette aventure avec tes élèves ?

Pas du tout. Je suis très pudique sur cette question. J’ai attendu très longtemps avant d’en parler à ma famille et à mes collègues. Certains ne l’ont appris que très récemment. D’autres ne le savent pas. Ceci dit, comme les élèves sont assez curieux et que je n’ai pas pris de pseudonyme, ils ont découvert ma seconde vie. Ils sont venus m’en parler discrètement à la fin d’une heure de cours et quand ils ont compris que j’étais à la fois professeur et auteur, ils m’ont applaudi !

Ma question fétiche, attention… Comment as-tu écrit ce roman ?? ambiance, boisson, position favorite …….

Je dirais un mot après l’autre, après trois ans de réflexion. J’avais besoin de me lancer un défi, pour voir si j’en étais capable, si un éditeur était susceptible de me publier. J’y ai mis beaucoup de discipline en m’imposant un quota de mots par jour. Il a fallu se battre contre le quotidien. Cela m’a conduit à écrire, n’importe où et n’importe quand. Avec un cahier dans les salles d’attente, sur une tablette dans mon lit, avec mon ordinateur portable sur le canapé, à mon bureau. J’ai une play-list de chansons qui me mettent dans l’ambiance pour écrire. C’est une roue de secours en cas de panne d’inspiration. Ce n’est pas systématique, j’arrive à écrire avec la télévision en fond sonore.

Quel lecteur es-tu ???

Du genre très lent et d’une fidélité à toute épreuve. Quand j’aime un auteur, je n’hésite pas à lire tout ce qu’il a écrit. Depuis que je participe à des salons du livre, je me laisse très facilement séduire. Le milieu du polar français regorge d’auteurs talentueux. J’essaie de lire au moins un roman de tous ceux que je côtoie de près ou de loin. Je suis curieux de tout, mais le temps me manque. Entre lecture et écriture, il faut parfois choisir.

As-tu des projets en cours ?? Et si oui aurais-tu la gentillesse de nous donner juste une petite info.

Une nouvelle fantastique sort ce mois-ci dans la toute jeune revue Gandahar. Elle s’intitule Câline et raconte les mésaventures d’un avocat aux prises avec le spectre d’un… chihuahua !
Je suis aussi en pleine rédaction du prochain roman. C’est un polar rural qui s’intéresse aux secrets de famille. J’y inclurai quelques données scientifiques quant à l’emploi des OGM ou des pesticides. On ne se refait pas !

Enfin pour finir , j’aime laisser libre cours à l’imagination de l’auteur, donc tu peux dire ce qu’il te passe par la tête pour conclure ! 

Je voudrais remercier ici, les gens qui, comme toi, ont pris le risque de découvrir un auteur complètement inconnu. Le travail des blogueurs, chroniqueurs, libraires, est fondamental pour faire connaître son travail quand on n’a pas accès aux grands médias nationaux. Cela donne aussi le courage de continuer à écrire.

N’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux, ce sera un plaisir de parler avec vous !
Site de l’Association : http://www.le-refuge.org/ 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s