Tête à tête avec Ivan Zinberg

 

J’ai lu il y a quelques temps le roman d’Ivan, un pavé de 490 pages qui est bluffant, à la fois très bien mené et où l’on sent un véritable travail d’investigation ! Comme ce petit roman sort en poche le 11 juin, je me suis dit que c’était l’occasion de faire un peu plus connaissance avec le Monsieur. Car la seule chose que je sais, c’est qu’Ivan Zinberg est lieutenant de police. Ainsi que Jeu d’ombres est son premier roman. Alors pour la petite curieuse que je suis, ce n’est pas suffisant  du tout.

Si vous n’avez pas encore lu ma chronique (je vous en veux pas trop car vous allez vite rattraper votre erreur ici )


Une fois refermé « Jeu d‘ombres » l’on sent énormément de travail et d’investissement dans ce livre . Tu l’as « fignolé »pendant combien de temps ce roman afin d’obtenir la version finale?
 
J’ai dû écrire les premières lignes en 2003, il me semble, puis j’y ai travaillé par périodes jusqu’en 2010 ou 2011, à peu près. Donc j’ai pris mon temps, 7 ou 8 ans au total. J’ai beaucoup réécrit et réajusté l’ensemble avant d’obtenir la version définitive, celle qui me paraissait assez bonne pour réussir à décrocher un contrat d’édition. L’écriture est un travail créatif de longue haleine, surtout le premier roman. Mais c’est une activité passionnante et très enrichissante.
 
Peux tu nous expliquer comment t’es venu l’idée de ce thriller psychologique, car tu n’abordes pas un cas banal de déviance mentale !
 
Je ne me rappelle pas précisément d’où vient l’idée, mais je sais que les cas de personnalités multiples et de fugues dissociatives m’ont toujours intéressé. Les faits divers bien documentés sur ces questions sont fascinants. J’ai construit des personnages et une histoire autour de ces thèmes et le tout s’est étoffé et mis en place progressivement. D’une façon générale, répondre à la question de savoir d’où viennent les idées est plutôt difficile. C’est assez inexplicable, il n’y pas vraiment de règle. Ça s’impose, comme ça, et ça s’affine au fil des mois ou des années.
 
Le roman se situe entre Portland et Seattle, Pourquoi là-bas et pas en France ? est-ce des lieux familiers pour toi ?
 
Je n’ai jamais mis les pieds là-bas, mais j’aime les États-Unis en général. Le choix de ces deux villes est un clin d’œil à mes goûts musicaux. J’aime beaucoup les groupes de rock alternatif nés dans ces villes à la fin des années 80 et au début des 90. Le choix des USA pour cette histoire paraissait aussi plus judicieux à cause du côté spectaculaire de l’intrigue. Ce genre d’histoire paraît plus crédible là-bas, où tout est plus grand, plus fou, plus violent. C’est le théâtre idéal. Et puis l’écriture est avant tout un plaisir et ce qui m’amuse pour l’instant, c’est d’imaginer des histoires qui se passent là-bas, dans un univers plus exotique que la France et dans un contexte différent.
 
Attention voila Ze question : Comment passe t’on de flic (ton métier) à écrivain ? Qu’est ce qui t’a fait sauter le pas vers l’écriture de ce roman ??
 
J’ai écrit les premières lignes de Jeu d’Ombres alors que je n’étais pas encore policier, donc l’écriture n’est pas une conséquence de mon activité professionnelle. Mais l’envie d’écrire des thrillers, tout comme celle de vouloir être policier, sont sûrement liées au fait que j’aime évoluer dans ce genre d’univers. La délinquance, la criminalité, les faits divers, les trafics ou la misère sociale sont des thématiques qui m’intéressent. L’écriture en elle-même, j’ai toujours aimé ça. Trouver les bons mots pour faire des phrases qui sonnent bien, c’est quelque chose que j’ai toujours fait depuis que je suis gamin. J’aime les mots et la langue française.
 
Pour avoir un peu parler avec toi au salon du livre de Paris, je sais que tu es lecteur. Quel est le Roman ? Celui que tu pourrais lire et relire ….
 
Aucun… Il ne m’est pas arrivé souvent de relire un livre. Juste quelques polars pour voir de plus près comment ils étaient construits, une espèce de relecture analytique. Je me souviens d’avoir relu Lune Sanglante de James Ellroy qui m’avait beaucoup plu à l’époque, mais ce n’est pas pour autant un livre culte. Je préfère découvrir un maximum de nouveaux romans et de nouveaux auteurs, américains surtout. Il n’y a pas beaucoup d’auteurs dont j’ai lu tous les livres. Sinon, il y a un essai autobiographique dont je relis souvent des passages ou des pages au hasard, c’est Écriture : mémoires d’un métierde Stephen King. Vraiment très intéressant. Et puis King est l’auteur le plus marquant pour moi.
 
Une question que j’aime particulièrement posée, donc tu n’y échapperas pas ! Peux tu nous décrire un peu tes conditions d’écriture , lieux, ambiance, tenue fétiche……
 
J’écris dans une pièce dédiée qui ne comprend que deux bibliothèques et un bureau, assez moderne, vaste, tourné vers la baie vitrée pour avoir une vue dégagée sur l’extérieur. L’ambiance est plutôt urbaine et bruyante, puisque j’habite en centre-ville. Je travaille avec deux ordinateurs, l’un dédié aux recherches et à internet, l’autre non-connecté, une coquille vide, qui ne contient qu’un traitement de texte et le roman en cours. Je me relis sur papier, j’ai donc aussi une imprimante qui entre en jeu à chaque nouvelle page écrite pour les premières corrections. Selon l’humeur et le besoin de concentration, je mets parfois un peu de musique (rock et métal surtout) ou même un film (des classiques, souvent des comédies, genre Le flic de Beverly Hills). Et je n’ai pas de tenue fétiche pour écrire (rires).
 
As-tu un nouveau projet en cours ou tout du moins une ébauche à partager avec nous ??
 
Je suis en plein dans les corrections de mon deuxième thriller, qui s’appellera Étoile Morte et sortira en novembre 2015 aux éditions Critic. C’est une double enquête qui met en scène un duo de flics à Los Angeles et un reporter paparazzi, qui vont plonger dans le monde impitoyable de l’industrie pornographique californienne. Pour la suite, je devrais commencer en août l’écriture du troisième, qui est normalement prévu pour fin 2016, toujours aux éditions Critic. Sinon, Jeu d’Ombres sort en version poche cette semaine aux éditions Points Thriller.
 

 

Je te laisse le mot de la fin, tu peux raconter ici tout ce que tu veux , en sachant que cela ne restera pas entre nous !  


Eh bien je te remercie pour cette sympathique interview et je profite de l’occasion pour remercier tous les acteurs du monde du livre en cette période morose où les gens lisent de moins en moins. Je salue les libraires, les éditeurs, les bibliothécaires, les blogueurs, les lecteurs, les journalistes et tous ceux qui contribuent à faire vivre les livres au quotidien. La lecture est sûrement l’une des activités les plus saines au monde. Il faut soutenir le livre et encourager la lecture qui sont de vrais remèdes à l’artifice, la bêtise et la violence.

 

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s