Prime Time – Jay Martel

Quatrième de couverture:

 » Laissez tomber les blurbs : contentez-vous de lire ce roman hilarant.  » Michael Moore 
A l’insu de ses habitants, la Terre est depuis des décennies le programme de télé réalité le plus suivi de la galaxie. Tous se régalent depuis longtemps des aventures des Terriens, ces êtres primaires, aussi stupides qu’arrogants, qui, à force de guerres, de pollution, de décisions irrationnelles, s’approchent chaque année un peu plus de l’autodestruction. Leurs aventures sexuelles, religieuses, politiques ont souvent été irrésistibles. Puis, peu à peu, l’audience s’est mise à chuter. Les spectateurs se sont lassés. Inutile d’épiloguer : vous faites partie du spectacle, après tout, vous savez ce qu’il en est. Aussi les producteurs ont-ils décidé d’arrêter les frais. Et ils préparent en secret un dernier épisode destiné à marquer durablement les esprits : la fin du monde, prévue dans trois semaines. Un seul homme, bien malgré lui, va avoir la possibilité de sauver la planète. Scénariste has been un peu déplumé et travaillé par une libido dévorante, Perry Bunt va en effet lever le voile sur la conspiration. Hélas pour nous, il n’a pas grand chose d’un héros !

Ma « touche » perso:

 

« Il existe une dimension au-delà de ce qui est connu de l’Homme ; c’est une Dimension aussi vaste que l’Univers et aussi éternelle que l’Infini : elle est à la croisée de l’ombre et de la lumière, de la science et de la superstition, elle est le point de rencontre des ténèbres crées par les peurs ancestrales de l’Homme et de la lumière de son savoir, c’est la dimension de l’imagination, un domaine que nous avons baptisé… The Twilight Zone ! »

Cela vous rappelle quelque chose ??? la petite voix off du générique de la Quatrième Dimension. Ce roman me fait penser à un épisode vu il y a fort longtemps sans le côté angoissant ou flippant de cette série !!! (surtout vu par une gamine car avec le recul maintenant ce n’est plus si flippant)

D’ailleurs si je devais parler de film, il y en a deux qui me viennent tout de suite à l’esprit. Le premier serait « The Truman Show » pour le côté d’un petit monde filmé sous toutes les coutures pour amuser la galerie au détriment d’un être humain, enfin ici toute une planète.  Le second est « Men in black » pour le côté drôle et les divers extraterrestres camouflés sur notre planète. D’ailleurs pour la petite histoire, le film The truman show est inspiré de l’épisode 62 de la Quatrième Dimension. ah ah on y revient à cette série !

– C’est bien beau tout ça, mais de quoi ça parle ton bouquin ???
– De nous …de notre planète, de nos défauts
– Ouais, mais encore …
– C’est roman fantastique
– Tu nous prends pour des abrutis car entre la Quatrième Dimension et Men in black, on avait un peu compris …
– oups désolée… Perry un gentil terrien, gentil dans le sens péjoratif, légèrement obsédé et à la dérive. Il va découvrir que la planète terre est un plateau télévisé grandeur nature. Le problème, en plus de savoir qu’on est espionné, c’est que l’audimat est au plus bas et que la production prévoit un grand final. La fin de la planète Terre. Notre seul espoir, Perry …. Mouais on est dans la merde ….

Un roman bourré d’humour avec énormément d’auto-dérision. L’auteur, producteur et scénariste, se moque gentiment de son métier, de son pays et des Hommes en général.

Une réelle prospérité, une foi religieuse particulièrement affirmé, une législation très souple en matière d’armes à feu: tout concourait à ce que ce soit aux Etats-Unis que se déroulent les programmes de Channel Blue qui marchaient le mieux. Oui, c’était un pays où le gouvernement assassinait des gens parce qu’ils assassinaient des gens et déclenchaient des guerres pour empêcher que des guerres ne se déclenchent.

Un roman plébiscité par Michael Moore  » Laissez tomber les blurbs : contentez-vous de lire ce roman hilarant.  » ….c’est pas moi qui le dit ! Et quand on connaît un peu le bonhomme, on se doute que la vision du monde de Jay Martel ne peut que lui convenir 😉 

Vous ne regardez plus les actualités d’un air morose. bien au contraire! Donc méfiez vous, on risque de vous trouver sans cœur si vous avez une risette au coin des lèvres devant le JT. Enfin je vous aurais prévenu !!

Mon score:
4-5-bis

Palmarès de l’AUTEUR:

Jay Martel est un producteur, scénariste, journaliste américain.

Il a travaillé sur Comedy Central pour « Key & Peele. » Il a beaucoup écrit pour la télévision pour des émissions comme « Strangers With Candy » et « The Apollo Comedy Hour. »

Il a aussi travaillé avec Michael Moore comme producteur, scénariste et présentateur. Il a ainsi collaboré pour “TV Nation” et “The Awful Truth” à la TV, mais aussi pour le film « Fahrenheit 911.” 

Il a écrit des pièces pour les scènes de New York, comme « Death in a Landslide ».

Comme journaliste et essayiste, il a écrit pour « The New Yorker », « GQ », « Huffington Post », « Mother Jones », « TV Guide », « Vogue », « SPY, » et pendant 6 ans à « Rolling Stone ». 

En 2014, il publie son premier roman “Channel Blue » (« Prime Time » en français).

Publicités

7 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s