Extrêmement fort et incroyablement près – Jonathan Safran Foer

Ma « touche » perso:


Suite à vos votes, j’avais pour mission de lire ce roman dans le mois. Voila chose faite ! En commençant cette lecture, je me suis dit « Mmmmm c’est bizarre , cette histoire me dit vaguement quelques chose !! Pourtant je n’ai jamais lu ce livre, alors d’où ?? » Et puis je me suis souvenue d’un film, vu il y a un petit moment maintenant, avec Tom Hanks. Mais c’est tout! rien d’autres! Quelques petits trucs par ci par là, mais je ne me souviens pas de la fin . C’est donc que le film ne m’a pas laissé un souvenir mémorable et pourtant il y a de sacrés bons acteurs !

Bref, on est pas là pour parler du film me direz-vous mais du bouquin! Et vous avez raison !

Oskar, est un enfant en plein deuil, qui a de grande capacité intellectuelle mais cela fait de lui un enfant différent. Son père lui donnait la possibilité de se dépasser, de le faire un peu rêver malgré son esprit cartésien. Malheureusement, ce père est décédé le 11 Septembre 2001. 

Même si je ressens les choses très très fort, je ne laisserai rien sortir. Si je dois pleurer, je pleurai à l’intérieur. Si je dois saigner, je me ferai un bleu. Si mon coeur commence à s’affoler, je n’en parlerai à personne au monde. ça ne sert à rien. ça ne fait que rendre la vie de tout le monde plus difficile.


Oskar, virevolte entre dépression, culpabilité et le manque, lorsqu’il découvre une clé dans la chambre de ses parents. Persuadé que cela le rapprochera de son père, il part à la découverte de la serrure qui correspond à cette clé. Son seul indice est le nom Black. Oui mais des Black il y en a plus d’un à New York ! Oskar va donc être obligé de rencontrer chacun d’eux !

Attention, ce roman est beau mais aussi bourré de passages émouvants ! Si vous êtes comme moi, avec un cœur de guimauve légèrement saupoudré de sucre pétillant, alors prévoyez de le lire autre part que dans les transports en commun. Car des fois on a l’air un peu ridicule, la larme à l’œil entouré de banlieusards mal réveillés.
Donc, je disais, par moment ce roman prend ses petits mains et vient vous serrez la gorge. Et vous fait sourire avec son personnage d’Oskar tout en tendresse, il est vrai qu’il beau ce gamin! Mais. Car il ne faut pas toujours un Mais mais là il y en a un ! Mais, donc, au départ, ce roman m’a un peu perdu dans sa construction. Il y a 3 narrateurs. Oskar, sa grand-mère et son grand-père. Au départ, rien n’explique qui est qui . J’ai donc lu , au début, tout un chapitre sans savoir de qui il s’agissait pour le découvrir plusieurs chapitres plus tard. Voilà c’est mon bémol, qui fait qu’il n’a pas 4 flèches mais il s’en approche tout de même «  incroyablement près  » .



Mon score:

3-5-bis




Quatrième de couverture:

Oskar Schell est inventeur, entomologiste, épistolier, francophile, pacifiste, consultant en informatique, végétalien, origamiste, percussionniste, astronome, collectionneur de pierres semi-précieuses, de papillons morts de mort naturelle, de cactées miniatures et de souvenirs des Beatles. Il a neuf ans.
Un an après la mort de son père dans les attentats du 11 septembre, Oskar trouve une clé. Persuadé qu’elle résoudra le mystère de la disparition de son père, il part à la recherche de la serrure qui lui correspond. Sa quête le mènera aux quatre coins de New York, à la rencontre d’inconnus qui lui révèleront l’histoire de sa famille.
Après le choc de Tout est illuminé, cet étonnant objet littéraire et typographique explore à nouveau, mais sur un autre registre, les chemins d’une mémoire à jamais perdue.
Quand tout a été oublié, il ne reste plus qu’à inventer.

Publicités

2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s