Tiré à quatre épingles – Pascal Marmet

Ma « touche » perso:

En lisant la quatrième de couverture, tu te dis que tu vas passer un agréable moment. Et il est vrai qu’il n’est pas désagréable. L’histoire sur fond d’art primitif est bien imaginée.

Nous avons deux parties dans ce roman. La première, qui correspond à quatre petits chapitres, met en scène 2 personnages Laurent et Samy. Mon premier est un gamin un peu simplet. Mon deuxième est un serrurier-cambrioleur. Le tout est un cambriolage de bijoux, oeuvre d’art et d’argent. Il me reste une propriétaire sur le carreau , mais ça c’est pas de leurs fautes !

Samy lui caressa la tête et dit d’une voix peinée:  » t’es un brave môme même si j’aime pas tes pompes vertes trop voyantes » 
-Pas grave! t’es mon copain. Alors on fait quoi comme jeu maintenant? Et si on jouait au loup?
-J’ai bien mieux à t’offrir Lolo! On se choisit un immeuble bien rupin, on attend qu’un proprio en sorte,on coince avec élégance la lourde avec un panard et on se la joue à pic-et-pic-et-colégram pour choisir entre l’escalier A, B, C….

La seconde partie de ce roman nous raconte l’enquête, non pas du cambriolage mais du meurtre de la propriétaire. Veuve depuis peu d’un ex-préfet, assassiné lui aussi, et collectionneur de masques et statues Africaines. Le commandant chargé de l’affaire va devoir parfaire ses connaissances en Arts Premiers et pourquoi pas étendre un peu ses croyances.

Chanel était un célibataire, un fils unique, un chercheur de vérité, un inclassable, un sans enfant, sans ami, sans parent, un sans attache, un « sans ». 

J’ai, pour tout vous avouer, eu un peu de mal à rentrer dans le livre. Le fait d’avoir tout un laïus sur Le 36 Quai des Orfèvres, son déménagement, ses éternels tueurs en série qui en font des stars de romans policiers etc… Me lasse .. Je comprends le lieu historique et l’auréole que cela apporte mais ses escaliers et bureaux sont décrits dans trop de bouquin. 
Après je n’ai pas senti la pression sur les épaules du commandant. Il prend le temps d’expliquer à deux stagiaires la hiérarchie du 36, il papote tranquillement avec sa nouvelle colocataire, il se ballade à Colmar..Pour une affaire super urgente car « ex-préfet » et en plus avec des collaborateurs en moins ..Je trouve que cela se passe plutôt bien pour lui. (là j’ai peut-être le contre coup du livre Burn-Out avec le stress du quotidien du boulot de flics).

Ceci étant l’intrigue est bonne, on sent un véritable travail de recherche et un grand engagement de l’auteur dans son roman. L’écriture est fluide. Le tout passe bien.
Donc si vous êtes tentés, eh bien n’hésitez pas ..


Mon score:

3-5-bis



Quatrième de couverture:

Parmi les milliers de voyageurs, Laurent erre seul dans le hall de la gare de Lyon, l’air paumé. Il vient de rater son CAP boulangerie et sa mère l’a mis dehors. Samy, escroc à la grande gueule, le repère rapidement. Il a bien l’intention de profiter de la naïveté de ce gamin aux chaussures vertes et l’entraîne dans un cambriolage. L’appartement dans lequel ils pénètrent est une sorte d’antichambre du musée des Arts premiers et regorge de trésors africains. Mais ils tombent nez à nez avec la propriétaire et collectionneuse. Comme elle s’est blessée en tombant dans les escaliers, ils lui viennent en aide avant de s’enfuir. Pourtant, quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, abattue de cinq balles tirées à bout portant. Le commandant Chanel, chargé de l’enquête, s’enfonce alors dans l’étrange passé de cette victime, épouse d’un ex-préfet assassiné quai de Conti peu de temps auparavant. Un polar haletant sur fond de sorcellerie qui nous dévoile les coulisses de la gare de Lyon et nous ouvre les portes du célèbre 36 quai des Orfèvres.

Publicités

2 comments

  1. Bonjour Stef,
    J'ai enfin publié mon article. Je vois que nous nous rejoignons sur pas mal de sujets. C'est effectivement une lecture agréable, qui fait passer un bon moment, mais comme je le dis qui ne révolutionnera pas le genre.
    Le personnage de Chanel par contre est assez intéressant et mériterait d'être plus travaillé, pour un prochain roman peut-être. Bisous ma jolie…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s