Engrenages – Eric Neirynck

Ma « touche » perso:

Eric Neirynck nous présente une nouvelle courte (66 pages) mais qui ne laisse pas indifférente. Une nouvelle très sombre où se mêle déception, excès, désespoir. D’amour aussi, enfin tout du moins de sa recherche, le personnage principal idéalise l’amour avec un Grand A !

Eric est dépressif, alcoolique, drogué. Tout est noirceur et abandon autour de lui . Si ami il a, on a le sentiment que tous l’ont abandonné, cela dit il ne souhaite pas vraiment être sauvé !Quoi que …

Le pire pour moi est la mort des autres, mort qui me rend fou, car faite de peur et d’égoïsme. On pleure sa solitude, son manque de l’autre, mais pas vraiment le ou la disparue, voilà pourquoi ma mort, je m’en fous.

De rencontre en échec, de Bruxelles à Paris …Rien n’y fait … Malgré sa volonté de vivre la grande aventure, toutes ses expériences se terminent mal.

Je ne pourrai pas dire que je n’aime la plume de l’auteur, car  se serait totalement faux. Il a une très bonne narration et il joue avec les mots de façon très habile. 

Mais ce climat pesant, limite étouffant, ne m’a pas convenu. J’aime aussi avoir une véritable fin, ou tout du moins que je puisse m’en créer une ! Là, j’avoue que cela s’arrête comme cela a commencé. C’est plutôt un instant de vie qui est narré dans cette nouvelle alors que j’en attendais un dénouement, une solution, une bouffée d’air frais, un espoir !


Mon score:



Quatrième de couverture:

Consultations chez ma psy (et plus si affinités…) Éric n’aime pas les psy et c’est pourtant au contact de l’une d’elles qu’il connaîtra ses plus grandes circonvolutions émotionnelles.Courte, trop courte, cette relation le conduira de Bruxelles à Paris où il tentera de trouver un sens à ce qu’il a vécu avec elle.Engrenages est plus qu’une quête de reconnaissance, c’est la recherche de notre propre définition au travers des déboires de nos vies

Publicités

7 comments

  1. Bonjour, je ne sais pas trop ce qui se passe mais des commentaires disparaissent. Est-ce que cela déplaît ? Bien juste pour vous redire car c'est la troisième fois que je poste ce commentaire que vous devriez relire Engrenages. Eh oui, cette exercice comme vous l'appelez Valentine est à 100% réussi pour Eric ! Quant à vous Stéphanie, je vous suggère de le relire pour comprendre le sens caché de cette histoire. Une histoire crue, histoire de la vie de chaque jour, avec des sentiments, de l'amour, des regrets, des émotions fortes que chacun de nous, lecteurs, avons au fond de nous… Ce n'est pas compliqué à comprendre. Maintenant je trouve qu'il a été très sévèrement noté et après avoir lu : « Facebook mon amour » « Fratrie fatale », 66 pages, engrenages et j'en passe, j'ai hâte de lire le prochain… Ma note est donc de 5/5

    J'aime

  2. Martine, dans un premier temps je tiens juste à vous dire que vos précédents messages ont tous été supprimé par vos soins !!! Je n'ai jamais supprimé un message qui va en l'encontre de mon avis. Vous avez le droit d'être en désaccord avec moi .. Ceci étant, j'ai expliqué les raisons de ma notation, certains écrits vous touchent et d'autres non …Je ne pense pas avoir été cassante et je reconnais volontiers que l'auteur écrits bien (relisez ma chronique), j'explique juste que cela ne m'a pas touché et que j'aime un peu de lumière dans le noir … Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à cette nouvelle et du coup à ce blog, revenez quand vous voulez dire votre mécontentement ou au contraire votre accord sur un avis …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s