Le gang de la clef à molette – Edward Abbey

Révoltés de voir le somptueux désert de l’Ouest défiguré par les grandes firmes industrielles, quatre insoumis décident d’entrer en lutte contre la « Machine ». Un vétéran du Vietnam accroc à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette – et de dynamite – nos héros écologistes vont devoir affronter les représentants de l’ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert.

Dénonciation cinglante du monde industriel moderne, hommage appuyé à la nature sauvage et hymne à la désobéissance civile, ce livre subversif à la verve tragi-comique sans égale est le grand roman épique de l’Ouest américain.

Ce classique, vendu à des millions d’exemplaires depuis sa parution au milieu des années 70, est devenu la bible d’une écologie militante et toujours pacifique… ou presque.


Vous connaissez maintenant très bien notre petit RDV de la lecture commune entre un invité et moi-même. Aujourd’hui, Vincent du blog « the big blowdown  » me fait l’honneur d’être mon invité. Vincent, c’est la voix qui chante, les cigales, le sourire. C’est aussi la voix de la raison, mon papé ! Je suis très heureuse d’avoir partagé ce moment avec lui et surtout vous faire découvrir (si ce n’est pas encore fait) son univers.

Si tu te présentais…..


Vincent :  Rédacteur du blog http://thebigblowdown.wordpress.com. Amoureux du polar et du roman noir depuis de nombreuses années… presque un demi-siècle… 😉

Signe particulier : Fan absolu de George Pelecanos et de ses romans, pour lesquels je pratique un prosélytisme éhonté.


Pourquoi ce livre?

V 
En lecture commune, mon hôtesse Stef m’avait donné le choix entre plusieurs titres et mon choix s’est porté sur ce bouquin, dont le titre m’intriguait. Je subodorais quelque chose d’assez humoristique, et de l’humour il y en a, mais plutôt grinçant.

M :  J’ai donné plusieurs choix à Vincent. Celui-ci, lui a plu. Pour ma part, j’avais lu pas mal de commentaires sur ce roman, j’avais donc envie de le découvrir.

L’auteur est-il un illustre inconnu pour vous ou au contraire un fidèle de votre bibliothèque ?

V : 
Edward Abbey était pour moi totalement inconnu, autant comme écrivain, que comme le militant écologiste radical qu’il fut, dont l’action et les écrits ont contribué à forger la conscience de bon nombre de militants écologistes, aux Etats-Unis comme dans le reste du monde.

M :  Inconnu. Je n’ai jamais rien lu de l’auteur. D’ailleurs en dehors de ce roman, je ne peux vous donner les titres de ses autres écrits. 

En un mot, votre ressenti …

V Un mot ? C’est un peu court, jeune homme (Emprunté à Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac) …Délicieusement subversif…

M :  
 Longggggggggggg……….( Vincent tu triches !!!! Et puis qu’est ce qui te dit que c’est un homme notre intervieweur ??) 

Et si on devait approfondir en quelques lignes.

V Le Gang de la clé à molette concerne l’usage du sabotage pour protester contre les activités détruisant l’environnement dans le Sud-Ouest Américain. 

Quel beau roman que celui-là !!!
D’un humour féroce, infiniment avisé, l’histoire presque tragique du combat d’un homme contre la modernisation effrénée de son pays, contre l’expansion inévitable des autoroutes, centres commerciaux, parkings. Ces barrages qui, pour apporter le progrès, noient de magnifiques vallées millénaires sous des millions de mètres-cube d’eau. D’une grande imagination jusque dans les moindres détails, écrit dans un style simple et percutant, c’est un roman impeccablement construit, comme un scénario de cinéma. J’imagine ce que pourrait donner un tel roman adapté au cinéma : histoire de vengeance, violence gratuite, personnages hauts en couleurs, etc… Tous les ingrédients nécessaires sont là.
Sa pensée intelligente et perspicace est magistralement équilibrée avec une prose très simple et une capacité inouïe de conteur. Dans ce livre, Abbey peut en même temps être très mécontent et profondément critique du monde qu’il observe autour de lui, pendant qu’il nous régale de moments de totale comédie, avec un sens de la vie directement inspiré de Kerouac et des beatnicks qui ont traversé la campagne de l’Ouest avant lui.
L’auteur ne déclarait-il pas : « Je suis devenu un homme de l’Ouest à l’âge de 17 ans, pendant l’été 1944, en faisant de l’auto-stop à travers les États-Unis. J’ai eu le coup de foudre, une passion qui ne m’a jamais quittée »
Cette passion ne se dément pas et transparaît dans chaque mot de son livre. Une véritable déclaration d’amour à l’Ouest sauvage.


M : Purée !! donnez lui la parole et on l’arrête plus notre Vincent ! donc c’est mon tour. .. Disons que j’en attendais beaucoup de ce roman ! Déjà lorsque j’ai lu la quatrième de couverture j’ai vu « Tragi-comique » et je n’ai donc retenu que le comique (c’est mon esprit « on va droit à l’essentiel » ) Ah mais je n’ai pas trouvé cela drôle du tout …Donc une petite déception ! 
Après, le combat écolo, je ne suis pas contre. Bien au contraire. Mais là je trouve que par moment, les personnages ont des actes dont les conséquences les dépassent. (comme vouloir faire péter un barrage quitte à noyer une ville …) Donc par moment, il y avait une perte de crédibilité dans l’histoire ( attention ce n’est toujours que mon avis !). Les personnages sont contre l’évolution mais on a un chirurgien qui prend l’avion régulièrement, une jeune femme qui aime bien un peu de confort aussi, Les seuls personnages crédibles sont pour moi le vétéran et le mormon.
Et pour finir, entre chaque action, l’auteur nous raconte le pourquoi du comment du truc du machin ..Et je me suis lassée ..Les personnages ne m’ont pas sensibilisé ..Donc pour conclure, je n’ai pas aimé ce roman comme je pensais !

Serait-ce un livre que vous conseillerez ?

V :  
Sans aucun doute, et sans aucune réserve !


:  Honnêtement ! Je ne pense pas …(mais je suppose que vous connaissiez déjà ma réponse là !)

Quel titre auriez-vous donné à ce livre si vous en étiez l’auteur ?

V : 
« La Terre d’abord » qui me semble résumer ce que fut le souci de l’auteur, durant toute sa vie.


M : Rudolf le rouge !


Que pensez-vous de la couverture du roman ? est-elle bien choisie ?

G : 
J’aime bien. Elle n’est pas tape à l’œil, d’une grande sobriété et bien équilibrée, entre ombre et lumière.


M : Oui, elle est énigmatique et tout en étant très sérieuse.


Disons que vous êtes avec l’auteur, fauteuil, café…L’ambiance parfaite pour des petites confidences. Vous êtes bien. Vous lui parleriez de quoi ?

V : 
Je lui demanderais de me parler de son pays « d’avant », quand tout était encore sauvage, et que la civilisation du hamburger n’avait pas encore tout envahi. J’aurais aimé aussi qu’il me parle des Anasazi, ces indiens pueblos du Sud-Ouest des Etats-Unis, de leur histoire et de leur culture, juste effleurés dans le roman.

M :  ( on ne pense pas que c’est un fantôme ou revenant hein ) Je crois que j’aborderais avec lui du  besoin d’évolution de notre monde. On ne peux régresser ! il faut donc comprendre l’évolution des diverses industries mais aussi trouver un moyen qu’elles respectent notre environnement… Vaste sujet, mais dit-on pas, que lorsque l’on parle on refait le monde ! 

Le mot de la fin à l’invité du blog …

V : 
Tout d’abord, merci de ton invitation. Je dois dire que j’avais un peu hésité (oh, pas longtemps !!!), à me livrer à cet exercice dont je ne suis pas coutumier. Mais lorsque Stef m’a sollicité, je ne pouvais décemment pas refuser, devant tant d’enthousiasme. Et elle déploie tellement d’activité, tant d’énergie dans tout ce qu’elle fait, c’est à se demander si pour elle, les journées font vraiment 24 heures… J’ai pris beaucoup de plaisir à cet exercice, et un peu égoïstement, je rappelle à mes fans (si, si, il y en a…) que la chronique plus complète sera disponible sous peu sur mon blog.

Avec tous les remerciements du papé. Ce fut un réel plaisir de te rendre visite pour quelques heures, le temps de cet échange.

Publicités

2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s