L’Histoire épatante de M. Fikry et autres trésors – Gabrielle Zevin

Ma « touche » perso:

Je voulais lire un livre qui me transporte, qui fasse battre mon petit cœur, qui me donne certaines émotions romanesques, j’avais envie de beauté, de fleurs bleus, de papillons et de légèreté …
J’avais besoin, en réalité, de croire en l’amour et l’humanité (par moment j’étouffe dans ce quotidien d’information de plus en plus lourd ). 

Ce roman est chouette mais il ne m’a pas donné ce que j’attendais de lui ..

A.J Fikry est un libraire sur une petite île. Veuf depuis quelques temps, il se morfond dans l’alcool dès la porte de la libraire fermée.
Jusqu’au jour où une suite d’événement va transformer sa vie. Dans un premier temps un vol puis l’arrivée d’une bébé abandonné dans les rayonnages de livre. Commence alors un lien très fort entre A.J et Maya.

A.J. regarde Maya dans sa robe rose et éprouve une sensation vaguement familière, un bouillonnement intérieur proche de l’intolérable. Il aimerait crier ou frapper dans un mur. Il se sent ivre ou plutôt grisé. Dingue. Au début, il met ça sur le compte du bonheur mais finit par l’imputer à l’amour. Amour de merde, se dit-il. Quelle plaie ! Ce sentiment a ruiné ses plans, celui de s’enivrer jusqu’à ce que mort s’ensuive ou de conduire sa librairie à la faillite. Quand un truc commence à vous tenir à cœur, plus moyen de se foutre de tout.

Ce roman est un bon bouquin, vous allez passer un agréable moment avec lui …L’histoire est cependant simpliste, tout est prévisible et le moindre code de cette littérature sera présent au fil des pages ..
Cependant, la plume de l’auteur est bonne, rien à redire la dessus mais je voulais être surprise ! Et pouvoir m’identifier à un personnage tout du moins. Malheureusement, je suis restée spectatrice. C’est un peu comme si vous aviez un superbe gâteau en face de vous, vous en salivez, vous connaissez les ingrédients qui sont exquis ..Vous coupez délicatement une tranche. Et lorsque vous le goûtez, tout est fade . Pourtant vous n’avez que de bons produits …cela s’explique très simplement, il manque juste un ingrédient ..vous avez oubliez le sucre !

Le petit plus, au début de chaque chapitre, une petite analyse personnalisée de notre libraire sur un roman. j’ai aimé cette originalité qui introduit le chapitre à venir.

Un dernier petit mot sur la couverture du roman, car Fleuve noir a réalisé un superbe travail ! Elle appelle le regard, c’est elle qui m’a charmé et poussé à la lecture de ce roman. On peut dire que leur mission est réussie.

Donc pour conclure : Un bon bouquin qui ne m’a pas transporté mais qui m’a fait passer un bon moment lecture. Dans le genre, j’ai une préférence pour La bibliothèque des cœurs cabossés . 

Mon score:

3-5-bis



Quatrième de couverture:

A.J. Fikry a l’un des plus beaux métiers du monde : il est libraire. Un libraire misanthrope et bourru qui file un mauvais coton depuis le décès de Nic, son épouse. Peu importe, livre ou être humain, il est devenu bien difficile de trouver grâce à ses yeux. L’irrésistible petite Maya va pourtant fendre son armure. Sa maman souhaitait qu’elle grandisse au milieu des livres et l’a donc laissée dans les rayons de l’unique librairie d’Alice Island. C’est ainsi qu’A.J., faussement récalcitrant, se retrouve à pouponner ce chérubin aussi malicieux que despotique. Et dans le sillage de ce duo improbable, tout leur entourage va découvrir que les aventures étonnantes, épatantes et émouvantes n’arrivent pas que dans les livres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s