La Fille du train – Paula Hawkins

Ma « touche » perso:

Vous voulez lire un thriller, mais surtout pas avec plein de sang, de tueur en série et une multitude de corps..Alors ce roman va surement vous convenir !! Prenez un petit instant pour lire ces quelques lignes et je suis certaine que demain à la première heure vous serez chez votre libraire préféré avec le café et le nom de ce bouquin sur les lèvres.

Paula Hauwkins signe un premier roman bien ficelé, qui va ,sans vous en rendre compte, vous rendre très addictif.

-C’est bien gentil tout ça, mais il parle de quoi ce bouquin?
Écris à la première personne, ce roman est raconté par trois femmes avec des décalages dans le temps.

La première est Rachel. C’est une femme qui a presque tout perdu. Son mari, son boulot, sa sobriété. Elle s’accroche à des futilités pour tenir le coup, comme la régularité du trajet qu’elle s’impose tous les jours, cet arrêt systématique devant cette maison qui ressemble en tout point à son ancienne maison. Et ce couple, qu’elle idéalise (Megan et Scott).. Jusqu’au jour où Megan disparaît. Le problème de Rachel, ce sont les trous noirs du à l’alcool !

Je ne sais pas ce que j’ai fait. Qu’est-ce que j’ai fait ? Entre dix-sept heures et vingt deux heures, qu’est-ce que j’ai fait ? Pourquoi Tom est-il parti me chercher . Qu’est-ce que j’ai fait à Anna ? Je tire la couette sur ma tête et je ferme les yeux ? Je m’imagine aller jusqu’à la maison, remonter le petit chemin qui sépare leur jardin de celui des voisins, passer par dessus la barrière en bois. Je m’imagine ouvrir la porte coulissante et entrer discrètement dans la cuisine. Anna est assise à table. Je l’attrape par derrière, je glisse une main dans ses longs cheveux blonds et je tire la tête en arrière, je la fais tomber par terre et lui éclate le crâne contre les carreaux froid du carrelage bleu.


La seconde est Megan, une jeune femme dépressive, paumée. Elle cherche quelque chose qu’elle ne trouve pas dans son couple. Va t’elle nous raconter ce qui lui est arrivée ?

La dernière est Anna. La voleuse de mari, celle qui vit dans l’ancienne maison de Rachel, à deux pas de chez Megan. Elle est mariée, mère d’une petite fille, mais elle s’ennuie dans son nouveau rôle de femme au foyer. Et puis, le climat à la maison n’est pas simple avec l’ex qui téléphone à tout bout de champs ..

L’auteur a cette intelligence de savoir prendre son temps afin que nous nous attachions à tous les personnages. Si bien que nous savons que tous sont des tueurs potentiels mais cela nous fait mal de douter d’eux !

 
Je terminerai juste par cette citation qui est une vérité et qui prend tout son ampleur dans ce roman L‘homme est parfois assez fou pour préférer le chagrin à l’oubli. Maurice Chapelan) 
Lisez ce roman !!! je n’ai rien d’autres à ajouter 🙂


Mon score:

4-5-bis



Quatrième de couverture:

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Publicités

7 comments

  1. Ça m'a l'air tout à fait intéressant, mais je ne me précipiterai pas chez mon libraire demain, avec ou sans café. J'ai une Pal bien assez grande comme ça. Il faut que je la fasse un peu baisser, d'autant que j'ai 3 salons au mois d'octobre… Mon banquier va me couper les vivres, a force…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s