Le contrat Salinger – Adam Langer

 

Ma « touche » perso:

Dites moi Stef, qu’avez-vous pensé de ce livre ?

– Eh bien plutôt pas mal.
 

Ah ah j’aime quand une interview commence comme ça.
– Je me doute, Adam, mais attention cela ne veux pas dire non plus que j’ai adoré !!

Ah zut !!

– Comme vous dites !
 
Bon détaillons un peu si vous le voulez bien. Ce roman est paru aux Editions Super 8 cette année. Parlez nous un peu de l’histoire.
– D’accord, je vais essayer de ne pas spoiler et surtout rester discrète sur l’identité des personnages. N’est-ce pas Adam 😉
Notre personnage principal est un ancien journaliste (son domaine de prédilection les interviews d’auteurs) devenu écrivain puis homme au foyer s’amusant à tenir un blog …Bref, il s’emmerde un peu tout de même le loustik.  Lors d’une rencontre avec l’auteur Conner Joyce, qu’il avait déjà croisé dans son ancienne vie, il se retrouve à écouter les déboires et aventures de celui-ci. Il apprend qu’un curieux bonhomme a offert une coquette somme à Conner pour l’écriture d’un roman qui ne sera jamais édité et ne sera lu que par 2 personnes. Autre clause du contrat, l’auteur ne doit jamais parler de ce roman, ce contrat et du fameux acheteur. Bien évidement on sent qu’il y a un truc louche là-dessous, mais quoi ?
 
Alors votre bémol .
– Ce roman se lit très bien, l’écriture est lisse, il n’y a donc pas de difficulté. L’un de mes regrets, beaucoup de fautes ! Un Conner qui se transforme en Donner. Cela gâche un peu le plaisir de cette lecture. C’est un Thriller Psychologique mais en toute honnêteté je ne l’aurai pas catégorisé comme tel, certes il y a une petite intrigue, un vol mais l’histoire est très lente et il n’y a pas de rebondissements qui vous feraient dire « Mais bien sûr !! » C’est plutôt un bien triste constat du monde éditorial. Donc l’auteur frôle entre le roman noir et un roman initiatique du travail d’auteur.
 
Votre mot de la fin ?
– Et bien justement je reste sur ma faim ..il me manque la surprise, le petit peps, mais j’ai tout de même passé un bon moment.. Mais je préviens les fans de thrillers et en particulier les adeptes de rythme soutenu, ce livre n’est pas pour vous !

Mon score:

3-5-bis


Quatrième de couverture:

Journaliste sur le retour, Adam Langer s’ennuie loin de New York. Jusqu’à ce que sa route croise celle d’une vieille connaissance, Conner Joyce – auteur de thrillers à succès sur le retour –, venu à Bloomington, Indiana, pour assurer péniblement la promotion de son dernier roman. Bientôt, Conner révèle à Adam qu’il a reçu une offre des plus étonnantes : celle d’un certain Dexter Dunford (« Dex »), homme d’affaires richissime flanqué d’un inquiétant garde du corps, qui lui propose d’écrire un roman rien que pour lui, moyennant une rétribution considérable. Où est le piège ? Le contrat, précise Conner, s’assortit de certaines clauses bien spécifiques : d’abord, le livre rejoindra la collection privée d’exemplaires uniques de Dex, pour lequel ont déjà travaillé des écrivains aussi renommés que Thomas Pynchon, Norman Mailer ou J.D. Salinger, et disparaîtra avec lui. Ensuite, Dex se réserve le droit d’apporter quelques modifications au manuscrit. Pour finir, l’accord doit rester absolument secret.

Tandis qu’Adam devient le confident exclusif de Conner, l’attitude de Dex à l’égard de son ami devient de plus en plus inquiétante, et les problèmes s’accumulent. L’homme n’a évidemment rien d’un philanthrope, et le contrat que Conner a signé commence à ressembler à un pacte faustien.

Thriller psychologique d’une facture tout à fait unique, Le Contrat Salinger, qui brosse au passage un portrait au vitriol du paysage littéraire contemporain, est à la fois une formidable réflexion sur la façon dont la réalité et la fiction peuvent s’alimenter jusqu’à la dévoration, et une construction palpitante faite de rebondissements ingénieux et de révélations en cascade – un roman gigogne au goût de vertige qui tiendra son lecteur en haleine jusqu’à la toute dernière page.

Publicités

8 comments

  1. Tu as parfaitement retranscrit mon sentiment, je ne savais d'ailleurs pas comment le classer, j'ai mis dans thriller/polar par défaut. Il se lit bien, pas de grandes envolées mais un final très réussi. Un peu comme un sixième sens, la fin sauve tout 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s