Le Teckel – Hervé Bourhis

Ma « touche » perso:

On change un peu des romans, car cette fois-ci je vais vous parler d’une BD. Alors oui c’est un peu moins mon domaine de prédilection mais j’ai eu la joie de faire partie des personnes sélectionnées pour le prix SNCF 2015.


Donc c’est partie pour mon petit avis sur cette BD !

Lorsque je regarde la quatrième de couverture, il est dit : « Une évocation au vitriol du monde des laboratoires pharmaceutiques et des pratiques commerciales, portée par une brillante galerie de portraits. Décapant! ». Alors en vérité, je trouve que ce n’est pas ça du tout ! C’est plutôt le quotidien des commerciaux médicaux. La concurrence, le démarchage, vendre des produits qu’on leur demande de vendre. 
Je n’ai pas trouvé l’histoire très captivante. Cela manque d’humour. Ou alors l’humour de cette BD de n’a pas du tout touché. 

Il est demandé à un jeune cadre d’accompagner un ancien employé, dit « Le Teckel », afin de vendre un nouveau produit anti-douleur. Le problème est que l’ancienne génération de ce produit a tué beaucoup de monde et le Laboratoire souffre encore de la mauvaise publicité engendrée par ce drame. Par la même occasion, il doit avoir un œil sur le fonctionnement du commercial et faire un rapport détaillé à son responsable. 

Entre gouffre générationnel et méfiance, les deux commerciaux partent faire la tournée des médecins.

Les dessins sont sobres et simples. Par contre je n’ai pas compris pourquoi certaines bulles étaient colorées et d’autre non …


Voila , un avis des plus mitigé. Je n’ai pas spécialement aimé cette lecture. Une dernière chose importante, cette Bd ne convient pas aux plus jeunes car certaines scènes de sexe sont très explicites !

Mon score:



Quatrième de couverture:

Une évocation au vitriol du monde des laboratoires pharmaceutiques et des pratiques commerciales, portée par une brillante galerie de portraits. Décapant!

« Pour vendre ce nouveau produit à nos partenaires médecins, nous allons allier l’expérience à la fraîcheur ». Ainsi la direction des laboratoires Duprat s’adresse-t-elle à son nouveau binôme commercial pour le convaincre d’accepter une collaboration en réalité imposée. Guy Farkas, surnommé « Le Teckel », visiteur médical revenu de tout, devra faire équipe avec Jérémy Labionda, jeune cadre surdiplômé, en fait discrètement mandaté par sa hiérarchie pour enquêter sur les véritables agissements du Teckel. Bref, le mariage de la carpe et du lapin sur fond de mission à haut risque, puisqu’ils doivent vendre la nouvelle version d’un médicament soupçonné d’avoir provoqué des centaines de décès.
Cruel souvent, cynique parfois, mais d’un bout à l’autre extrêmement drôle, Le Teckel est une satire féroce de notre monde avide et amoral. C’est une grande histoire d’amitié, un brûlot anticapitaliste, une passion interdite, un thriller haletant! N’ayons pas peur des mots: c’est un road trip à la française en CX break, entre Tandem et Les Galettes de Pont-Aven!
Hervé Bourhis réussit en outre une galerie de portraits humains très finement observés, qui jusqu’au bout réserveront des surprises… Un sans-faute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s