Zamor, le nègre républicain – Ludovic Miserole

Ma « touche » perso:

J’ai été intrigué par l’histoire de ce personnage « Louis-Benoît » Zamor qui fut offert à la Comtesse Du Barry par le Roi Louis XV. L’auteur, Ludovic Miserole, a su mêler des faits historiques à des éléments de fiction pour en donner un récit de grand intérêt.

Nous sommes en pleine Révolution Française. La reine est emprisonnée, le Roi est mort et on vient d’arrêter l’ancienne favorite du Roi Louis XV, Madame Du Barry.
Un Anglais et un petit homme de couleur se balade, dans le château de Louveciennes étrangement calme, au milieu des objets tombés dans la précipitation des arrestations de la maîtresse des lieux et de son personnel.

On se retrouve plongé dans un climat tendu, chaotique. L’Histoire est en marche, les perspectives d’avenir sont grandes !

La nuit est tombée sur Louveciennes, hameau de cent vingt-quatre feux de Seine-et-Oise. Le Fraternel est d’un calme peu ordinaire, tout comme la place du village où seul un vent de fin de saison fait frissonner le feuillage de vieux marronniers. Le troquet que les bougies inondent d’une lumière jaune, qui pourrait être chaleureuse si l’ambiance n’y était glaciale, ne compte que trois personnes. Deux clients discrets sont assis à une table éloignée de toute fenêtre et tiennent compagnie à une dame robuste, à la gorge pleine et aux hanches épaisses. Elle est installée derrière son comptoir, occupée à lire les dernières nouvelles venant de Paris. Paris ! Une heure à cheval d’une révolution qui n’en finit pas et qui plonge davantage chaque jour la capitale dans l’horreur. Tout le monde craint pour sa vie. La calomnie, les dénonciations, voire les accusations parfois fantaisistes n’épargnent personne. Pas même les femmes et les enfants !

Zamor est un personnage frustré et malheureux. Il a reçu un enseignement digne des seigneurs mais reste le jouet de sa Maîtresse. De plus, en grandissant, il perd le peu de l’intérêt qu’il apportait au château. Il se détache de plus en plus de sa Marraine , pris entre rancune et regret. Mais c’est une période où l’on ne peut reculer ! Il faut avancer malgré tout. Quoi qu’il nous en coûte !

C’est une lecture très agréable et très enrichissante. J’ai découvert des personnages , des lieux  de Paris. L’écriture de Ludovic Miserole est précise. Il y a de l’illustration dans ses mots.

Il nous promène d’un personnage à un autre. On sent le désespoir des condamnés à mort. La justice qui n’est que mascarade. On voit les bases de notre société et l’on se rend compte que c’est une période où tout était à construire.
Un livre historique oui ! Mais d’une très grande facilité de lecture ! Venez flirter avec « le rasoir national » ou visiter les cachots de La Force et La Conciergerie !

Mon score:
3-5-bis

  • Originalité   
  • Facilité de lecture 
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif 
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur



Quatrième de couverture:

A la rencontre d’un personnage méconnu de notre histoire Zamor? Il n’aura laissé qu’un vague souvenir, un certain malaise même. Enfant indien, on l’arracha aux siens pour l’offrir à la favorite du roi de France, ce pays inconnu et si lointain. Il connut les ors de Versailles et les moulures de Louveciennes à l’ombre de Madame du Barry.Advînt la révolution et avec elle l’opportunité de prendre en main sa destinée. Certains choix et certaines amitiés ne seront pas sans conséquences. Celui qu’on appelait « le nègre de la Dubarry » devînt alors le nègre républicain portant même le surnom peu glorieux de l’ami Zamor. Mais qui était vraiment Louis-Benoît Zamor ?Un roman riche qui marie subtilement histoire et fiction pour dresser le portrait d’une France révolutionnaire que peu d’entre nous connaissent…

A PROPOS DE L’AUTEUR: Après le succès de son premier ouvrage Rosalie Lamorlière, dernière servante de Marie-Antoinette, Ludovic Miserole nous invite à nouveau à rencontrer un personnage méconnu de notre histoire. Avec un talent indéniable, il combine la vérité historique, puisée minutieusement dans les sources, et l’invention. Autrement dit, il marie subtilement histoire et fiction pour mettre en scène un passé révolu. Derrière le portrait de Zamor se dessine, en filigrane, celui des héros ? les grands, que nous connaissons, comme les anonymes, les « humbles » qui ont oeuvré dans l’ombre ? d’une France révolutionnaire et postrévolutionnaire.
Publicités

4 comments

  1. Ce n'est pas vraiment mon style mais certains faits historiques romancés en valent la peine. Je me rappelle un roman qui s'appelle « La chambre » et qui parle de la triste et courte vie de Louis XVII. J'en ai gardé un souvenir très fort. Si tu aimes ce genre de littérature et si tu ne connais pas, je te le conseille vivement! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s