Old School – John Niven

Ma « touche » perso:

Déposition du 12 février 2016
Nous entendrons la propriétaire du blog  » Les cibles d’une lectrices à visée » dénommé Stef pour les intimes.
Elle nous relatera les faits de façon claire et concise comme le stipule la procédure B-1247216843.
La greffière, Vanessa ici présente, retranscrira dans sa globalité cet échange.
-Inspecteur Dumas : Êtes-vous prête ?
-Stef : Ais-je le choix ?
-Inspecteur Dumas : Relatez nous les circonstances de toute cette histoire.
-Stef : Eh bien tout commence à la mort du mari de Susan dans des circonstances horribles ! Je suis au courant car j’ai entendu une conversation entre Susan et Julie. Voila ce que j’ai entendu :

« Ton petit ami de passage qui se tape deux serveuses dans ton dos, ça n’a rien à voir – Mais alors, RIEN du tout – Avec le décès d’un époux de plus de trente ans, mort des suites d’une rupture anale provoquée par un godemichet de soixante-dix centimètres pendant une séance sado-maso avec un pute ! » Vous vous rendez compte !!! Je me mets à la place de cette pauvre femme.

-Inspecteur Dumas : S’il vous plait, revenez au sujet !
-Stef : Oui. Pardon. Donc Susan, non seulement elle se retrouve veuve mais en plus elle découvre qu’elle est surendettée. Donc en discutant avec sa meilleure amie, Julie, elle se retrouve à échafauder un hold-hup. Mais pour cela, elles doivent recruter 3 autres personnes.
-Inspecteur Dumas : 3 personnes en plus ?
-Stef : C’est ce que je viens de vous dire, non ?? Bon je continues ou pas ??
-Inspecteur Dumas : Oui bien sûr
-Stef : Donc, Susan et Julie se sont tout de même des femmes de 60 ans. Elles vont embarquer un papi de 90 ans dit le Clouté, ancien braqueur. Ethel 90 ans complètement accro à l’alcool, au sexe et délire en tout genre, mais vu son grand âge et sa corpulence, elle se déplace en fauteuil roulant. Et pour finir Jill, la catho végétarienne qui accepte pour financer l’opération de son petit-fils.
-Inspecteur Dumas : Avez-vous entendu parler de l’inspecteur Wesley et Boscombe ?
-Stef : Et comment ! C’est le duo de flic anglais qui pourchasse les filles à travers l’Angleterre et la France. Une sorte de Laurel et Hardy.
-Inspecteur Dumas : Au jour d’aujourd’hui..
-Stef : Ah non ! Cela ne se dit pas ! C’est comme monter en haut ! On entend cette expression tous les j.
-Inspecteur Dumas : Ok! On peut revenir à notre sujet?
-Stef : Non ! Moi je m’arrêtes là .. J’ai dit tout ce que j’avais à dire ! Je peux juste rajouter que l’écriture de l’auteur est très agréable, que l’histoire est loufoque sans être stupide ! je me suis bien marrée et donc passée une très bon moment !
-Inspecteur Dumas : Vous n’allez tout de même pas inciter les gens à suivre votre exemple !
-Stef : Et pourquoi pas !!


Mon score:

3-5-bis

  • Originalité   
  • Facilité de lecture 
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Susan Frobisher et Julie Wickham approchent de la soixantaine. Amies depuis l’enfance, elles habitent une petite ville du Dorset, en Angleterre. Susan a tout pour être heureuse : une jolie maison et un mariage solide avec Barry, comptable. Pour Julie, la vie n’a pas toujours été aussi tendre : elle a traversé plusieurs échecs professionnels et amoureux. Mais aujourd’hui, elle a trouvé un peu de stabilité. Les deux amies vivent donc paisiblement jusqu’au jour où on retrouve Barry mort dans un appartement inconnu aux airs de repaire porno… Susan découvre alors que son époux menait une double vie et avait accumulé de nombreuses dettes. Sa maison est sur le point d’être saisie, elle va tout perdre.

Sous l’influence d’un gangster octogénaire, les deux femmes décident de jouer le tout pour le tout et de cambrioler une banque. Avec l’aide d’une poignée d’amis déjantés, elles mettent leur plan à exécution. Mais comment s’enfuir avec leur butin ? L’improbable petite bande met les voiles pour une équipée à travers l’Europe où elle croisera un jeune auto-stoppeur, Interpol et la mafia russe. Et si, au lieu de décliner, leurs vies ne faisaient que commencer ?

Publicités

6 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s