Femme qui écoute – Tony Hillerman

Ma « touche » perso:

Tony Hillerman est un auteur qui laisse porter sa plume par le vent des plaines. Son livre, c’est les grands espaces, la nature, les traditions.

Joe Leaphorn est un policier Navajo. Afin d’échapper au « gardiennage » d’un bande de scout, il accepte de travailler sur de vieux dossiers non résolus et de rendre un petit service en prime à son chef. 
Mais Joe a aussi une affaire qui lui tient à coeur ! Un homme a essayé de le tuer et cela tourne en boucle dans sa petite tête d’indien. 
Donc voila ses missions :
– Une affaire de drogue au point mort 
– Un double meurtre. Affaire suivi par le FBI mais n’étant pas Indiens, ils n’écoutent pas une femme aveugle qui parle des traditions et rites et qui pourrait éclairer l’affaire sous un autre angle.
– Protéger une femme « Blanche » arrivée sur le territoire Indien. Demande express de Papa !
– Retrouver les traces d’un hélicoptère volé qui aurait servi pour l’évacuation de braqueurs.
– Et enfin la mission que Joe se donne, retrouver l’homme aux lunettes à monture d’or qui a essayé de le tuer.
Et oui rien que ça ! Cela ne lui fait pas peur à Joe ! Surtout qu’en fouillant un peu, il y a un lien entre certaines de ces affaires.

Leahorn réfléchissait à un autre défi qui l’obsédait. Quelque part dans cet embrouillamini de contradictions,de faits étranges, de coïncidences et d’événements peu vraisemblables, il devait y avoir une logique, une raison, quelque chose qui associait une cause à un effet et que les lois de l’harmonie naturelle et de la raison devaient dicter. Cela existait forcément.

Le personnage de Joe est un savant mélange d’homme dit moderne et d’homme baigné dans les traditions. Tony Hillerman nous explique les rites, les croyances, les dieux et les peurs des Indiens. Nous dresse aussi un peu d’histoire et nous fait un constat du milieu de vie des tribus actuelles. 
Pour ma part, j’ai trouvé certaines répétitions et longueurs un peu difficiles. Cela a pesé dans ma lecture. L’intrigue est bonne même très bonne mais le rythme lent a essoufflé mon entrain.  Ce livre est donc pour un public averti !

Mon score:

  • Originalité   

  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur
Quatrième de couverture:

Joe Leaphorn est un policier d’origine indienne à la double culture et selon son créateur « un personnage de synthèse ». Pour débusquer les coupables, il allie à la parfaite connaissance des coutumes de son peuple une maîtrise des méthodes policières modernes.
Dans le dernier volume de cette trilogie, Femme qui écoute, un vieillard malade, Hosteen Tso, fait appel à Margaret Cigaret, une « femme qui écoute » aveugle. En lui posant des questions, elle doit pouvoir déterminer comment le soigner. Profitant du moment où Margaret entre en transes, un inconnu assassine sa jeune nièce Anna qui lui servait de guide, ainsi que Hosteen Tso. Joe se retrouve face à un cas qui défie toute logique.

Dans ces trois enquêtes de Joe Leaphorn, le propos de l’auteur reste identique : faire découvrir la nation navajo et sa culture, ses coutumes et ses croyances, ses rites et ses mythes. Tony Hillerman y réussit parfaitement et donne ainsi – à la suite d’Arthur Upfield – ses lettres de noblesse au « polar ethnologique ». –Claude Mesplède

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s