A vous de trouver ma prochaine lecture !

EDIT : Suite à vos votes ma lecture sera donc « Mémoria » avec 9 voix ! (L’été des lucioles 5 , En toute franchise 4Le jeu 2 et Poulet farci 1)

Merci encore d’avoir participé ! on se donne RDV le mois prochain pour une nouvelle sélection !

Aidez moi à choisir « votre » futur chronique ! Pour cela vous devez me dire ce que je vais lire  pour le mois d’avril ???

Le mois dernier , c’était « La Faux Soyeuse«  qui avait remporté tous les suffrages, et je vous en remercie car cela m’a permis de le lire bien plus tôt et j’avoue que j’en suis encore toute bouleversée ! Ma lecture est est ici .

Donc voici les 5 romans présent dans ma PAL que je choisis de mettre en compétition ce mois-ci . Je vous ferai une chronique sur le roman qui aura été le plus plébiscité . Je vous laisse jusqu’à mardi pour faire votre choix.

Voila ma petite sélection  :

Henrik Petterson, marginal suédois qui vit de larcins, trouve dans le métro un portable dernier cri qui affiche obstinément « Tu veux jouer ? ». Il va finalement cliquer « oui » et se retrouver entraîné dans la réalité d’un jeu où il va croiser le destin de Rebecca, une femme sérieuse et rationnelle récemment promue garde du corps.






Il suffisait qu’un super Bill Gates y pense. Plus de prisons aux frais du contribuable, de cavales, de matons. Juste une puce espion dans le fondement, surveillée par un satellite, et un Dieu électronique aurait l’humanité mondialisée à l’œil. Faut dire que cette humanité, la nôtre, en a besoin. Hilarante humanité, hélas. Avec une presse qui torchonne allégrement ses people. People mégadébiles qui se ruent dans un restau démentiellement à la mode, une usine désaffectée, tenue par des motards malfrats, Hell’s Angels recyclés cuistots. Et, heureusement, quelques héros pour mener le jeu : un journaliste en voie de réinsertion éthique, une cosmonaute allumée, un cybermilliardaire illuminé pour la bonne cause, un bon père manipulateur et, pauvres de nous, les humains, benêts, lâches, moutonniers mais tellement cocasses qu’on en pleurerait. De rire. Un pamphlet monté comme un polar.

Du haut de ses neuf ans, Victor a quelques certitudes : c’est parce que François, son père, n’ouvre pas son courrier qui s’amoncelle dans un placard que ses parents ne vivent plus ensemble ; c’est parce que Claire et Pilar, ses mamans, adorent regarder des mélos tout en mangeant du pop-corn qu’elles sont heureuses ensemble. Et c’est parce que les adultes n’aiment pas descendre les poubelles au local peint en vert qu’il a rencontré son meilleur ami Gaspard.
En vacances à la résidence du Grand Hôtel du Cap-Martin, Victor partira à l’aventure sur l’étroit chemin des douaniers qui surplombe la côte en compagnie de Gaspard. L’été sera placé sous le signe de l’étrange avec une invasion de lucioles, des pluies sèches et des orages aussi soudains que violents. En guidant les garçons jusqu’aux passages secrets menant aux villas qui bordent le rivage, papillons, baronne et jumeaux feront bien plus que de leur ouvrir la porte des jardins enchantés.


Observée, traquée, isolée… Depuis son réveil à l’hôpital, Claire a basculé dans un véritable cauchemar. Elle se rappelle juste avoir aperçu une silhouette menaçante dans son appartement avant de s’écrouler. Aujourd’hui, en découvrant les bandages autour de ses poignets tailladés, la jeune femme soupçonne que la mort de son père, neurochirurgien, a été maquillée en suicide. Claire est-elle poursuivie par le même tueur ? Que cherche-t-il ? Et comment se défendre contre un ennemi parfaitement invisible ? Au fil des jours, les morts s’accumulent et des enfants sont atteints par un mal étrange. Claire n’a pas d’autre choix que de se plonger dans un douloureux passé. Et au bout du chemin, se trouve la vérité. Terrifiante.



Nous sommes en 2012. Frank Bascombe, le héros récurrent de Richard Ford, en a fini avec sa vie d’ancien journaliste sportif et agent immobilier. À 68 ans, il coule une retraite paisible dans une ville tranquille du New Jersey. Paisible… jusqu’à ce que l’ouragan Sandy vienne frapper la côte est des États-Unis.
Frank rend visite à son ex-femme, laquelle vit désormais dans une résidence médicalisée; recueille les confessions d’un vieil ami; et se trouve confronté à ses propres préjugés. En toile de fond, l’Amérique d’aujourd’hui, avec la bataille présidentielle Obama/Romney et la crise économique.
Caustique, bavard, malicieux et politiquement incorrect, Frank Bascombe demeure incontestablement l’un des personnages les plus attachants de la littérature américaine actuelle. De quoi satisfaire ses nombreux fans, qui ne cessent de le réclamer depuis la parution de L’État des lieux.


A vos votes !
Publicités

18 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s