Surtensions – Olivier Norek

Ma « touche » perso:

Norek c’est un artificier ! Pour le bouquet final de la trilogie de Coste, il nous a envoyé une multitude de fusées qui nous en met plein les yeux et le cœur ! Même si certaines vous glacent, attention émotion garantit !

Un arc-en-ciel des affaires policières.
Et oui, vous avez plusieurs histoires dans l’histoire.
Oh la belle bleue !!! Tout commence par une histoire de prison.
Eh c’est une jaune là ! Une histoire de kidnapping
Une rouge !! Un hold-up
Verte … Pédophilie …
Mais qu’est ce que c’est que ce boxon ?? héhé ..Si vous ne voyez pas le lien entre tout ça, dites vous qu’au départ moi non plus 😉

Les premières pages sont non seulement captivantes mais aussi inquiétantes ! Un membre de l’équipe de Coste meurt ! C’est annoncé dès le début ! Pas de spoiler ici. Ce que l’on ne sait par contre c’est le nom. De vous à moi, j’ai un personnage que j’aime particulièrement donc je souhaitais que se ne soit pas lui ! Mais, Olivier Norek nous baigne tellement dans l’intimité de tous les personnages dans ce roman, que finalement j’ai appréhendé cette épée de Damoclès pour toute l’équipe .

Tout commence par l’incarcération d’un jeune homme suite à un braquage de bijouterie. On suit ce môme dans une prison surpeuplée, qui n’a de règle que celle des détenus. Comme dans la chaîne alimentaire, il y a toujours un plus gros qui te bouffe ! On le comprend clairement. Encore un fois l’auteur nous parle franchement, avec recherche et texte à l’appui, du problème des prisons. De cette politique de se taire et faire jouer les rapports et chiffres.

Cher ami, ça fait bien longtemps que je n’ai pas mis en place une psychothérapie. Tout n’est qu’inégalité et ultra violence, ça ne sert à rien de réparer les esprits en pleine tempête. Et de toute façon, la plupart sont de sûrs de ne rien valoir. Depuis le temps qu’on le leur répète, il ne faut pas s’étonner du chiffre de récidive. Soixante pour cent, c’est effrayant, non ? Vous avez déjà entendu parler de la théorie de l’échec programmé ?

Alors oui, il ne nous fait pas de cadeau ! Dans certains passages, j’ai eu la nausée. Pourtant, ce n’est pas gore, la violence est suggérée et écrit avec une certaine pudeur. Mais l’imagination …..J’ai donc relevé régulièrement le nez du bouquin afin de respirer, reprendre mon souffle.

Comme dit plus haut, ce roman est humain ! J’ai eu beaucoup d’empathie pour le groupe de braqueur. Même s’ils jouent avec des règles différentes, je me suis attachée à trois d’entre eux. Si bien qu’à un moment cela devient difficile, on a presque envie que cela se termine en happy-End ! Mais dans la vraie vie cela n’existe pas ! Alors que va faire notre auteur à votre avis ?

Si vous avez lu mes précédents avis sur l’ami Olivier Norek, vous savez que je suis fan du Monsieur !   Pour être honnête, à mon humble avis, Surtensions est le meilleur de la série ! Il a la profondeur et le cœur de code 93 (son côté proche des sentiments de l’équipe) et le dynamisme de Territoires.
L’auteur surf tranquillement sur une belle vague de talent !

Mon score:

5-5-bis

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur




Quatrième de couverture:

Le capitaine de police, Coste, doit protéger un membre de son équipe. Il se retrouve au coeur d’une histoire réunissant pédophile, assassin, kidnappeur, braqueur… Pour s’en sortir, il devra faire face à ses démons

Publicités

6 comments

  1. c'est irritant à la fin …… je finis un livre que tu m'as conseillé et que j'ai beaucoup apprécié et là tu me donnes encore envie, alors que « Jules » à mes côtés me fait d'autres propositions, sans compter mes autre blogueurs préférés. Que faire ? Espèce de tentatrice, je t'aime ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s