Les morts sont devenus encombrants – Myette Ronday

Ma « touche » perso:

Myette Ronday nous offre un roman un peu particulier. Entre comédie, ésotérisme et il y a une certaine profondeur philosophique.
Drôle de mélange tout ça hein !

Bernie décède subitement, ancien grand reporter de guerre il en a vu de belle dans sa vie mais mourir comme ça, il ne s’en remet pas ! En plus être accueilli par son ancienne femme qui se raille de vous et bien c’est finalement inconfortable comme mort !
Parallèlement, Sido, soeur de Bernie et fille adoptive de ce dernier, vit des moment difficile dans son couple et dans son deuil !

Alors pourquoi ce roman est il ésotérique pour moi ?  Tout simplement par ses chapitres de vie après la mort, de présence d’anges ..C’est d’ailleurs les passages qui m’ont le moins plu dans ce livre. Je ne sais pas pourquoi ! Une étroitesse d’esprit sûrement.

Par contre, J’ai aimé suivre Sido dans son périple pour reconnaître le corps de son frère, ses rencontres improbables et sa confrontation au monde. Elle est perdue, sa vie de couple est tronquée depuis plusieurs mois et son équilibre familiale vient d’exploser avec la perte de Bernie.

Avec finesse et humour, l’auteur aborde des sujets délicats. Le deuil, les difficultés de rapatriement de corps, des cimetières surchargés ..Mais aussi un constat sur notre monde de plus en plus peuplé et  la difficulté que cette démographie engendre …Les morts deviennent encombrants !

Une mention spéciale à Kylli Sparre qui signe une superbe couverture ! J’ai découvert une artiste magnifique  http://www.sparrek.org/

Mon score:
3-5-bis

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

« Ancien reporter de guerre, Bertie meurt lors d’un séjour à Baden-Baden. A l’entrée de l’autre monde l’attend Edna, la seule femme qu’il ait épousée et qui est décédée vingt ans auparavant, avec laquelle il revisionne sa vie en une suite de souvenirs marquants afin de s’en délester à jamais. Sido, sa jeune soeur qu’il considère comme sa fille, vit à Liège dans une maison collective peuplée de personnages étonnants. Elle entreprend seule un long voyage pour aller reconnaître le corps à la morgue et se débat ensuite avec d’invraisemblables formalités, face à des fonctionnaires obtus, pour obtenir de rapatrier le corps, tandis que dans la maison collective surviennent toutes sortes d’événements tantôt navrants, tantôt exaltants, et qu’au journal télévisé le nombre des morts s’accroît sans cesse au gré des attentats, des actes terroristes, des cyclones et des guerres qui n’en finissent pas. Si la plupart des gens vivent aujourd’hui dans un monde clos sur lui-même où l’on pense les mêmes pensées et désire les mêmes désirs, en revanche les personnages de Myette Ronday évoluent toujours dans un univers multiple où les frontières ne sont pas bien définies entre le réel et le rêve, l’ordinaire et l’occulte, le naturel et la magie, et cela grâce à une écriture subtile, inventive et enjouée. Au contraire d’être morbide voilà un roman pétri d’humour, de tendresse et de compassion, qui traite de la nécessité de se renouveler en retrouvant le plaisir qu’il y a dans la vie même. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s