Rural noir – Benoît Minville

Ma « touche » perso:

Benoît Minville nous conte une histoire d’amitié. Une amitié incommensurable . Une amitié qui pardonne, qui peut faire mal mais qui vous habite !

Romain revient dans son village natal après 10 ans d’absence. Il retrouve son frère Chris , ancien militaire, sa meilleure amie Julie enceinte de son frère. Il ne manque que Vlad son frère de coeur pour reformer « Le Gang » de son enfance. Mais au bout de tant de temps, les choses ont un peu changé !
Lui qui a fuit sa vie sans explication va devoir affronter son frère, les dérapages de Vlad et un village qui se meurt.

– J’ai eu l’impression de passer dans une ville fantôme quand on a traversé Châtillon.
– C’est pathétique, y a plus rien, comment tu fais venir un artisan ici, toi ? C’est même plus une question de politique, c’est une question de survie. Mais tout le monde s’en fout. La campagne, c’est joli pendant le Tour de France et l’été. Sur la Côte.

L’auteur nous dépeint les campagnes Françaises où les commerces ferment, où il y a un taux de chômage important, où l’espoir s’étiole. Un climat lourd, noir, affreusement vrai !
On découvre ces gosses unis dans les chapitres du passé. Qui à travers un été vont vivre des heures merveilleuses et un drame.
On retrouve dans les chapitres du présent, ces enfants devenus grand qui se confrontent à la descente aux enfers d’un dès leur. A la vie d’adulte dans un décor pas réjouissant.Et surtout à assumer ses actes.

Ecrit en toute simplicité, on se retrouve vite le cinquième de la bande. On profite nous aussi de cette jeunesse pleine de vie puis de désespoir. On essaie tout comme Chris de comprendre la fuite de Romain. Vous ne lâcherez pas ces pages ! Pas avant de savoir !

Mon score:4-5-bis

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Adolescents, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables ; ils arpentaient leur campagne et formaient un «gang » insouciant.
Puis un été, tout bascule. Un drame, la fin de l »innocence.
Après dix ans d’absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis.
Évoquant à la fois La guerre des boutons de Louis Pergaud et la tradition du «country noir» américain, oscillant entre souvenirs de jeunesse et plongée nerveuse dans la réalité contemporaine d’une «France périphérique» oubliée de tous, Rural noir est un roman à la fois violent et tendre ; évoquant l’amitié, la famille, la culpabilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s