One dollar bill – Linem B. O’Brien

Ma « touche » perso:

Voila un petit roman dont on n’entend pas trop parler qui pourtant est plutôt plaisant ! Il a bien quelques défauts (enfin pour moi) et quelques longueurs mais l’histoire nous embarque malgré tout et on attend avec impatience de connaître une fin heureuse à cette histoire !

Enzo est un jeune trentenaire, expatrié en Amérique. Lui qui avait un bel avenir de prévu a tout lâché pour assouvir sa passion qui est la photographie. Lors d’un rdv professionnel, il rencontre son amour de jeunesse qui ne le reconnait pas. Commence une longue angoisse, un retour sur un passé douloureux et un saut vers une futur rencontre angoissante.

Entre présent et flash-back, on apprend petit à petit l’histoire d’Enzo et Léa. Comment en une fraction de seconde tout peut s’écrouler. Comment la mère de celle-ci a profité d’une situation dramatique pour assouvir ses intérêts. Comment on peut tirer un trait sur un amour passionnel !

Un roman à trois voix : Enzo, léa et sa mère. On comprend la position de chacun. Il n’y a pas de bien de mal, il y a une vision de l’amour différente.

Je regrette les longs passages en Anglais ainsi que tous les mots de cette langue insérés dans le texte. Si l’on ne maîtrise pas celle-ci au final vous vous détachez un peu de votre lecture. Le mot « fillasse », également, employé très souvent qui m’a saoulé aussi au bout d’un moment !

En dehors de ces deux points, ce roman est une belle romance !

J’ai aimé les petits apartés que l’on trouve de temps en temps entre deux chapitres ! Un petite remise en question sur l’amour et être amoureux !

Et pourquoi on dit tomber, d’abord ?

Il faut forcément se faire mal pour aimer, c’est ça ?
Il y a cette histoire de coup de foudre aussi, parfois. C’est donc souvent violent, l’amour ?

On tombe amoureux, donc.
Et après ?

On se relève ?

Donc si vous avez l’occasion et que vous souhaitez faire palpiter un peu votre petit cœur tout mou alors vous pourrez trouver ce roman aux Editions Hélène Jacob.

Mon score:

3-5-bis

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Enzo, la trentaine débutante, a posé ses valises et son appareil photo à Washington.
Loin de sa famille, de la plupart de ses amis, et surtout, de son passé.

Quand, au détour d’une réunion, il retombe sur Léa, ce sont des tonnes de souvenirs, des années, des cicatrices et des sentiments qui lui explosent à la tête.

Qu’est-ce qui fait l’amour ?
Qu’est-ce qui le défait ?

Deux héros, trois points de vue, deux époques…
Comment en trois jours, en un regard, la vie peut-elle chambouler ce qu’elle a mis des années à construire ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s