Jeudi noir – Michaël Mention

Ma « touche » perso:

Lorsque j’ai acheté ce roman, l’auteur m’a dit qu’il avait écrit ce livre pour les personnes qui n’aiment pas le foot et qu’il espérait avoir réussi son challenge. Pour tout vous avouer, je n’aime pas le foot . Pour moi c’est un sport de mecs surpayés  pour courir après un ballon, des supporters  qui une fois éméchés se tapent dessus, s’insultent (d’ailleurs pour certains ils n’ont pas besoins d’alcool), c’est un sport de magouille avec le fric (affaire Tapie, l’histoire de la Fifa dernièrement). C’est des stades qui tuent des gens (Furiani …) Bref, mes références ne sont pas vraiment flatteuses pour ce sport. Même 98, alors que pour suivre mes amis je me suis engouffrées dans un métro qui tout en avançant faisaient des bonds !! Du jamais vu ! Une ambiance de folie qui se termine avec un drame ..(bon ok celui-ci n’a rien avoir avec le sport, je vous l’accorde)

Alors voila vous avez un peu mon point de vu sur le fond du roman. Je suis donc le cobaye idéale ! Et le fameux match dont il parle m’est totalement inconnu.

Je commence donc ma lecture (avec quelques appréhensions tout de même, il faut bien l’avouer). Michaël Mention a réussi a écrire bien plus qu’un livre sur une rencontre de 82 mais il a donné l’ ambiance d’un roman noir avec cet étau qui se ressert sur son personnage principal. On ressent ses doutes, une sorte de machination qui va le faire douter des siens et le pousser à les « éliminer » un par un. A bout de force on termine cette lecture à bout de souffle nous aussi !

Je me suis emmêlée les pinceaux au départ avec tous les noms qui ne me sont pas familiers du tout et puis l’arbitre Corver et le corner j’avoue j’ai eu du mal (mais là c’est pas de chance pour moi ! L’auteur ne peut pas changer le nom des acteurs d’un match mais avouer qu’il y a de quoi confondre)

J’ai aimé être transporté au delà du stade ! Qu’on me ramène dans les débuts des années 80, dans un climat entre l’Allemagne et la France qui ne m’avait pas interpellé à l’époque (trop petite mais plus grande que l’auteur tout de même !). Découvrir deux ou trois petites choses : comme l’absence de nom sur les maillots, savoir que le premier joueur noir de l’équipe de France a été sélectionné en 1931 (bien avant l’Angleterre 78 et USA 48) ..Bref pouvoir maintenant se faire passer pour une fille qui s’y connait alors que je ne sais pas la différence entre ailier et attaquant.

Michaël Mention  a un monde bien à lui et il est très agréable de le rejoindre le temps d’un livre ! J’ai découvert un fait qui a bouleversé bon nombre de footeux (qui ne se retrouveront peut-être pas dans ce roman finalement !) avec plaisir. Mais je dois avouer que j’ai une préférence pour la Carnaval des hyènes surement parce que le thème me touche plus que le foot. Donc a t’il réussi son pari ? Je dirai que oui vu que je n’aime toujours pas le foot mais j’ai lu tout un match avec entrain !

Continuer avec l’AUTEUR:

Ma chronique
 

Mon score:

3-5-bis

 

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

 

Quatrième de couverture:

8 juillet 1982, Séville. Coupe du monde de football, demi-finale France-R.F.A.L’ambition contre l’expérience. L’espoir porté par Mitterrand contre le fatalisme du mur de Berlin. Et pour les deux équipes, une même obsession : gagner sa place en finale.Face aux puissants Allemands, Platini, Rocheteau, Giresse? une équipe de France redoutable. Mais le pire s’invite : les coups pleuvent, le sport devient guerre, et la mort arbitre.Pour la première fois, le match mythique vécu en direct, sur le terrain. Une expérience radicale, entre exaltation et violence.

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s