Block 46 – Johana Gustawsson

Ma « touche » perso:

Je trouve qu’il est rare de lire un livre aussi complet, dense, mélangeant les genres et surtout qui t’imprègne au point de ne plus pouvoir le lâcher. Johana, moi qui aime les livres historiques, le suspense et qui n’est pas contre une petite histoire de cœur, je suis comblée !

C’est toujours difficile de parler de la seconde guerre mondiale. On en a tant dit, tant fait pleurer, tant inventé autour de cette affreuse période. C’est se mettre un sacré challenge d’aborder encore un fois ce thème. Mais l’auteure s’en sort avec brio et ce qui est le plus étonnant, et il faut bien mettre le point là-dessus, c’est un premier roman.

Souvent dans un premier roman, on sent des défauts, qu’on excuse avec un manque de maturité dans le domaine. Mais ici, je dois bien avouer que j’ai été bluffé par le talent « plumesque » (et oui j’invite des mots si je veux !) de Madame Gustawsson ..(Je tiens au madame et majuscule afin de vous faire comprendre tout le respect que m’inspire ce bouquin).

Oh c’est bien beau tout ça, mais parle nous un peu de l’histoire ! Me direz-vous !! Habituellement, je commence toujours par une phrase d’introduction puis j’enchaîne sur un bref résumé ..Oui je sais je modifie complètement mon plan d’article mais que voulez vous je suis encore toute chamboulée par cette lecture !

Alors comment vous donner sacrément envie tout en gardant le maximum d’infos dans ma caboche.

Tout commence par la disparition d’une des meilleures amies d’Alexis en Suède que l’on a malheureusement retrouvé morte. Son corps est atrocement mutilé de la même façon que des enfants à Londres. Alexis part à la recherche du tueur accompagnée d’Emily, une profileuse. Deux femmes, deux personnalités opposées.
Parallèlement, on remonte le temps  et on suit l’horrible destin d’un Allemand, Erich, prisonnier de guerre dans le camp de concentration de Buchenwald.
Comment le passé peu influencer le présent jusqu’à une série de meurtres ?

Un roman lu en deux jours ! Je n’ai pas pu le lâcher sauf pour répondre à mon devoir de mère ! (Oui la vie peu parfois être injuste !) Je ne peux que vous conseiller ce roman ! Et si vous avez l’occasion de rencontrer l’auteure, surtout n’hésitez pas car elle est charmante ! Je me demande comment une femme si ravissante peut nous inventer de si horrible ….oups je m’égare, c’est un autre débat !

Mon score:

5-5-bis

 

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

 

Quatrième de couverture:

Falkenberg, Suède. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d’une femme.
Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.
Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie…
En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série.
Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

Publicités

4 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s