Il était une fois la Fée Chabada – Lucie Brasseur

Ma « touche » perso:

Un roman entre polar et conte de fées ! Quand ton âme d’enfant se confronte au côté sombre des adultes ….

Il était une fois le Fée Chabada a un style qui lui est propre. On pourrait même dire un peu particulier. Une sorte de Le livre des choses perdues de John Connolly si vous connaissez ( roman qui a reçu le prix de l’imaginaire en 2010 catégorie « étonnants voyageurs » ).
Lucie Brasseur nous fait effectivement voyager de façon très surprenante ! Maintenant là où Connolly peut être lu en jeunesse, celui-ci contient tout de même des passages un peu difficile pour un jeune lecteur.

Le personnage principal de ce roman est une prostituée. Bien entendu, ce n’était pas son rêve de petite fille ! Mais afin de payer les factures et assouvir son rêve, elle loue son corps. Maryline a deux vies car elle est aussi l’auteure de contes pour enfants. Oui vous avez bien lu ! Elle offre aux enfants son imaginaire à travers un blog qui est suivi dans le monde entier.
Malheureusement, à la fin d’une passe, elle se retrouve embarqué par les flics. Commence alors une longue période en prison. Le problème si l’on peut dire, c’est qu’elle ne connait pas la cause de son emprisonnement !

Vous passez alternativement de Maryline à son conte. Le personnage de son conte est bien entendu la fameuse Fée Chabada. Il va de soi que comme dans toutes histoires pour enfant, il a un côté moralisateur ! Le bien contre le mal !

Maintenant, je dois bien avouer que pour moi ces parties étaient trop longues. Autant le côté dit réel était très sympa (ce qui était du coup frustrant d’être interrompu ) autant le monde imaginaire ne m’a pas embarqué. Je suis donc bien embêtée car la plume de l’auteur est très agréable à lire (j’avais déjà beaucoup aimé son premier roman Les larmes rouges du citron vert ).

Un roman qui mérite que vous vous arrêtiez dessus si vous aimez les contes de fées ! Il est audacieux, original et je tire mon chapeau à Lucie Brasseur qui sort des sentiers battus ! Je reste admirative du travail accompli .

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : Delcyfaro , Avis livresque
En négatif :

Mon score:


  • Originalité

  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Maryline, prostituée la nuit, écrit le jour des contes pour enfants. Un soir, elle est arrêtée par les M?urs. En garde à vue, une cartomancienne lui prédit « la rencontre qui changera sa vie ». Incarcérée et accusée de meurtre, elle clame pourtant son innocence. Pour rendre supportable la détention, elle se met à écrire le conte Des Poupées Géantes et de la Poussière de Joie.PRÉLUDE :À défaut d’être l’héroïne d’un conte de fées, Maryline était fille de joie. Les paillettes de ses robes n’illuminaient aucun bal féerique, n’aveuglaient aucun prétendant intrépide virevoltant. Accompagnant savamment la cambrure de ses reins, elles se limitaient à aiguiser les rêves lubriques de porcs libidineux abandonnant quelques biftons après s’être persuadés d’avoir été heureux.Cette histoire ne sera donc pas, à proprement parler, un conte de fées. N’y évolueront ni chevalier valeureux, ni sorcières au nez crochu ; pas même de gros dégueulasse s’effaçant sous les traits d’un crapaud coassant au clair des néons blafards d’un motel bon marché. Et pourtant?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s