Luminol’s band – K. Von Gella

Ma « touche » perso:

Luminol’s Band, un roman un peu particulier. L’auteur a un humour certain et il nous offre une histoire rocambolesque.

Le meurtre est atypique puisque le corps est cuisiné et conditionné dans des boites de conserve. De plus, il est retrouvé dans le coffre d’une voiture de flic. D’ailleurs, ce flic n’est autre que le coéquipier de celui qui doit mener l’enquête ! Farfelus n’est-ce pas !

Le climat de ce roman est lourd. Il fait une chaleur de tous les diables, pas un petit souffle de vent pour alléger l’atmosphère. Mais en plus, nos personnages sont gros, essoufflés, patauds. On manque de souffle avec eux. On a du mal à monter les étages. On sue à grosses gouttes.
J’ai senti une oppression qui m’a gêné, mais volontaire par l’auteur ! Enfin, je l’espère !

On y parle bouffe, sexe. Notre flic est un chaud lapin…Et sa surcharge pondérale ne lui pose aucun problème de sex-appeal ! Ce dernier va se retrouver impliqué bien malgré lui dans cette sombre affaire.
Tout est cocasse mais je me demande pourquoi le nom des personnages sont si « bizarre », on imagine que ce sont des pseudos, mais rien ne nous le garantit..Le problème c’est que cela ne m’a pas permis de m’attacher à cette histoire du coup 😔

La plume de l’auteur est soutenue, voire incisive par moment ! J’ai aimé les références aux nombreux auteurs classiques. Et malgré le peu de pages de ce roman, j’ai trouvé son écriture « dense » .

Un roman qui ne conviendra pas à tous ! Mais à des lecteurs avertis, férus de littérature classique et polars ! pour ma part, je suis assez mitigée !

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : les mots de gaiange,
En négatif : ..

Mon score:


  • Originalité                                                  
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Paris, en pleine canicule. Une femme endocrinologue est retrouvée conditionnée dans douze boîtes de confits de canard et ce ,dans le coffre du collègue d’un brillant commissaire. Il pourrait s’agir d’un enquête ordinaire, mais la chaleur de cet été est aussi accablante qu’infernale. Sans parler de ses messieurs-dames qui pâtissent d’une certaine….surcharge pondérale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s