Armelle Carbonel répond à vos questions

Après la lecture de Majestic Murder et Criminal Loft, Armelle Carbonel s’impose avec son style et son univers unique. Il y avait une brèche littéraire qui n’avait pas encore été vraiment explorée, elle s’y est engouffrée pour notre plus grand plaisir ! Des livres qui vous ébranleront, qui ne laissent pas indifférent que vous pouvez aimer ou détester mais, qui ont une force incontestable !

Elle répond aujourd’hui à VOS QUESTIONS ! Merci à vous tous !

Eric L.:

De quoi tu t’inspires pour tes livres ?

D’un thème ou d’une ambiance que je souhaite explorer. C’est un peu comme choisir sa destination de vacances dans un catalogue de vastes possibilités.

En tant que femme est-ce plus difficile psychologiquement de détruire ses héros surtout quand il s’agit de femmes ?

Cela sous-entend qu’un homme détruirait plus facilement ses héros ? Il faudrait que je sois dans la tête de l’un d’eux pour comparer… (sourire). La destruction en elle-même (sans distinction de sexe) serait intolérable si on ne parlait pas de fiction. Or, c’est ce dont il s’agit. Donc, même en tant que femme, l’exercice ne m’atteint pas davantage. Au contraire, la sensibilité inhérente permet parfois de mieux appréhender un personnage féminin (et son vécu).

Ludovic G. :

Maintenant que Criminal Loft est édité, et même en poche, peux-tu avouer qu’il y a quelque chose que tu changerais si on te demandait de le réécrire ?

Si je m’écoutais, je modifierais chacun de mes textes sans jamais être satisfaite, donc la réponse est oui !

Peux-tu nous expliquer comment Criminal Loft est arrivé au catalogue Milady ?

Peu de temps après la parution de Criminal loft chez Fleur Sauvage, Lilas (directrice de la collection Milady/thriller Ed. Bragelonne) s’est penchée telle une fée sur ce livre… Son intérêt s’est rapidement concrétisé (pour mon plus grand bonheur).

En sera-t-il de même pour Majestic Murder ?

A ce jour, je ne saurais le dire ! La parution en poche n’est pas automatique…

Trois livres que tu n’écriras pas parce que les auteurs t’ont piqué le talent et l’idée ?

Trois livres que j’aurais aimé écrire, donc ? « Buffet campagnard » (Cizia Zyke), « A l’Ombre du vent » (Carlos Ruiz Zafon) et « Les Haines pures » (Emma Locatelli).

Mélie :

Je vois que tu aimes les personnages un peu particuliers, le sanatorium pour Criminal Loft, le théâtre pour Majestic Murder… As-tu déjà trouvé le troisième ?

J’ignore s’il s’agit d’un lapsus, mais j’adore l’idée d’assimiler le lieu à un personnage !  Pour répondre à ta question, oui, j’ai déjà trouvé mon prochain personnage « inanimé ». Un magnifique manoir…

Dans Majestic, tu parles beaucoup de Shakespeare et notamment Hamlet, pourquoi ce choix ?

On ne peut pas toujours tout expliquer. En l’occurrence, les références au dramaturge anglais rappelaient les origines de Peg Entwistle, et les tirades issues d’Hamlet coïncidaient parfaitement avec la pensée de l’héroïne.

N’y a-t-il pas également une influence Baudelairienne et Poe ?

Au risque de subir l’opprobre générale, je dois avouer que je n’ai jamais lu de Baudelaire que quelques vers, quant à Poe, je découvre tout juste son œuvre… Donc, l’influence serait surréaliste !

Dans ce livre, on sent que tu as mis tes tripes en plus de ta plume, l’accouchement s’est-il bien passé ? N’y a-t-il pas eu un spleen ensuite ?

Ton ressenti est juste. J’y ai mis mes tripes, mes démons et un peu de mon histoire. Un accouchement douloureux par moment mais une si belle délivrance ! Quant au baby blues, il intervient après chaque « naissance livresque ».

As-tu été influencée par des livres, films ou séries ?

Influencée, non. Mais dans le roman, Seamus fait une allusion au film Freaks. Je l’ai moi-même visionné et après coup, j’y vois comme un écho !

Delphine T. :

Ayant lu tes deux titres, Armelle, j’aurai juste une question à te poser : pourquoi avoir fait le choix de titres en anglais et l’action de même ?

Dans Criminal Loft, je parle de condamnés à mort (difficile de les placer en France dans un contexte contemporain). Dans Majestic, j’exhume une actrice ayant réellement vécu aux Etats-Unis. Donc, par souci de cohérence, mes histoires se déroulent à l’étranger. Mais j’écris aussi pour me dépayser. Ma manière personnelle de voyager. Les Etats-Unis offrent tellement de possibilités en termes de paysages, d’excès aussi. Et puis, il est tellement rassurant de se dire que tout cela ne peut pas se produire à côté de chez soi ! Quant aux titres anglais, j’aime leur sonorité. Ils représentent l’identité même du livre.

Virginie S.:

Armelle, as-tu une habitude quand tu écris ?

Musique, bougies, et une larme de vin rouge !

Un moment préféré dans la journée ?

A l’aube, quand le monde dort encore…

Et puis pendant que j’y suis, quel est ton dernier coup de cœur livresque ?

« A l’Ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafon.

Richi V. :

Aimez-vous les chats ? (question posée à Jean-Loup Sieff  il y a quelques années) ?

Mon cœur les aime, mais mon corps s’y refuse (Je suis allergique…).

Je me suis permise de poser moi aussi deux questions 🙂  :

Tu t’inspires de lieux ou personnages réels dans tes deux romans. Comment sont-ils arrivés à toi ?

Je visionne beaucoup de reportages ayant trait au paranormal (personne n’est parfait !), et c’est par ce biais que les lieux et personnages réels m’agrippent…

Sont-ils le point de départ de ton histoire ou au contraire ton imagination t’emmène-t-elle sur les traces d’un passé lugubre ?

Ni l’un ni l’autre. Tout commence par un titre et un thème. Ensuite, des éléments extérieurs viennent se greffer et provoquent le déclic nécessaire au processus de création. Les lieux et personnages réels sont donc des déclencheurs.

 

 

 

 

 

Publicités

7 comments

  1. Bon y en a qui posent beaucoup de questions quand même 😛 Naaaan plus sérieusement, c’est super. Merci pour cette bonne idée Stef, c’est vraiment génial ce partage. Merci à Armelle pour ses réponses, c’est très instructif. Sinon oui c’est un lapsus assumé 😉 J’aime l’idée que le lieu soit personnifié. Bisous ma nounou ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s