Sans pitié, ni remords – Nicolas Lebel

Alors que le prochain sort ce 3 mai et que celui-ci parait en poche le 10 mai, je me suis dit qu’il était temps de l’enlever de mon immense PAL (pile à lire ). J’avais beaucoup aimé les deux premiers romans L’heure des fous et Le jour des morts, alors je me lance !

On retrouve notre équipe de choc ! Ce roman est la suite directe du second opus, car il ne se passe pas une semaine entre les deux ! Tout commence par un enterrement, une lecture de testament et continue sur une chasse au trésor sanglante ! Mehrlicht se retrouve réquisitionné pendant ses congés, Latour et Dossantos sous les ordres du commandant Cuvier, un mec un peu spécial .

Cuvier, c’est le con de compétition. Un maître con. Un cinquième dan. On se bouscule à sa porte pour suivre son enseignement. Si des gens organisent vraiment des dîners de cons, lui, il bouffe à l’œil tous les soirs !

Alors que le personnage de Dossantos s’humanise et qu’on a de plus en plus d’empathie pour lui, Nicolas Lebel nous offre sur un plateau le mec à haïr !  Le commandant Cuvier, le type laid à l’extérieur comme à l’intérieur ! Même sa façon de parler est merdique, mais drôle !

On n’a pas trop le temps de pleurer sur l’ami Jacques, car il nous balade pas mal à la recherche d’une statuette africaine disparue bien des années plus tôt. Et finalement, ce personnage disparu est bien plus vivant que dans les opus précédents ! Un bel hommage de l’auteur 😉

Mon seul regret concerne Dossantos qui, malgré tous ses efforts, n’arrive pas à se sortir de son passé ! Cette épée de Damoclès qu’on souhaiterait voir soit sabrer soit disparaître de façon miraculeuse. Je comprends ce fil conducteur entre les romans, mais au final, je l’aime bien, car il a volonté de changé …

L’humour est toujours présent ! Je pense que c’est le leitmotiv de l’auteur . Les sonneries de téléphone de Mehrlicht font sourire, mais aussi son bagou. Un polar pas trop violent (bien qu’il y ait des passages suggestifs pas faciles ) comme je les aime !

Si vous avez aimé les deux premiers , celui-ci est une très bonne suite. Par contre si vous ne connaissez pas je vous conseille de lire le premier 🙂

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : alex mot à mots , ce-livres-et-fourneaux
En négatif  ou plus mitigé : Rendez-vous sur le site babélio..

Mon score:

  • Originalité4-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

9 novembre, cimetière du Montparnasse. Le capitaine Mehrlicht assiste, en compagnie de son équipe, aux obsèques de son meilleur ami, Jacques Morel. Quelques heures plus tard, il se retrouve dans le bureau d’un notaire qui lui remet, comme « héritage », une enveloppe contenant un diamant brut. Il s’agit de l’un des yeux d’une statue africaine, le Gardien des Esprits, dérobée dix ans auparavant lors du déménagement du Musée des arts africains et océaniens, que Jacques avait supervisé, et recherchée depuis par la « Police de l’Art ». Merlicht prend un congé et son équipe se retrouve sous le commandement du capitaine Cuvier, un type imbuvable aux multiples casseroles, quand les inspecteurs Latour et Dossantos sont appelés sur la scène de l’apparent suicide d’un retraité. Quelques heures plus tard, ils assistent impuissants à la défenestration d’une femme qui, se sentant menacée, avait demandé la protection de la police. Les deux « suicidés » avaient un point commun: ils travaillaient ensemble au MAOO lors de son déménagement. Ces événements marquent le début de 48 heures de folie qui vont entraîner Mehrlicht et son équipe dans une course contre la montre, sur la piste de meurtriers dont la cruauté et la détermination trouvent leur origine dans leur passé de légionnaires. Une enquête sous haute tension, dans laquelle débordent la fureur et les échos des conflits qui bouleversent le monde en ce début de XXIe siècle.

 

 

Publicités

8 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s