Olivier NOREK répond à vos questions

Il y a quelques semaines , j’avais ouvert le blog pour que vous puissiez poser vos questions à l’auteur Olivier Norek. Une fois de plus vos diverses questions ont été riches et intéressantes, merci à vous. Je remercie également Olivier qui a accepté de se prêter au jeu des questions de ses lecteurs. Je suis ravie de vous permettre de découvrir un peu plus cet homme entier et sympathique. Olivier est un auteur de grand talent, il nous le montre avec son magistral dernier roman !

Si vous voyez des petits messages entre parenthèses ..C’est moi 😉 

Helene L.Bonjour, J’aimerais savoir ce que vous pensez de la série Braquo (Olivier Marchal)…

Pour prendre du bon temps, c’est parfait ! Pour savoir comment bosse une vraie équipe de flics sur le terrain, ce n’est pas vraiment une référence. On est plus sur du cinéma et du plaisir qu’autre chose, mais je sais que le but de cette série est exactement ça.

Est-ce que vous vous êtes inspiré de vos équipes pour créer les personnages de Sam, Ronan, Johanna….

Pas vraiment. Pas que. De tous ceux qui m’entourent, amis, collègues, famille…

Grande tendance aujourd’hui les adaptions télé et ciné. .. (rarement réussies d’ailleurs…..).. Si c’était le cas pour l’équipe de Coste…. Quel comédien ressemblerait le plus à Victor ??? 

J’imagine bien un Thierry Neuvic.

(Wahou !! T’as bon goût !! 😉 )

Violaine B. :Est-ce qu’un jour, (sur un malentendu peut-être), nous aurons droit aux réconciliations en direct avec Nicolas Lebel ?

Bien sûr. Juste après son oraison funèbre, je lui pardonnerai tout.

Mélie Wolff : Tu as eu des distinctions, des prix prestigieux notamment le très convoité Prix Catch U (ou You, je ne sais plus trop) que tu partages avec un auteur hyper talentueux.

Le Pikachu en question est toujours sur mon bureau et me regarde.

Tu rêves de quoi maintenant pour tes livres ? Ceux publiés ou ceux à venir. 

Je rêve que mes romans soient traduits à travers le monde… et j’ai déjà l’Espagne ! (Trop fier).

Et si on parlait d’adaptation… Quel réalisateur serait parfait pour tes histoires et tes personnages ?

Le réalisateur parfait, j’hésite entre Denis Villeneuve, David Fincher ou Nolan… oui, rien que ça 😉

Il paraît que ton dernier roman est une pépite. Dixit un de mes tentateurs préférés Yvan. Est-ce  que Nicolas Lebel va toucher des droits d’auteur du coup ? 

La seule chose que Nicolas Lebel va toucher, c’est le fond. Et je l’y pousserai 😉

Nicolas L : Vous êtes-vous inspiré de ton séjour en prison pour créer le personnage de Machine dans Surtensions ou était-ce juste un personnage que vous aimeriez rencontrer et héberger ? 

Ah… je me disais aussi que, tel le cafard, tu trouverais un moyen de t’immiscer dans cette conversation ! Machine je le connais. Ton adresse aussi. Rassure-toi, aucune menace sur ta famille, tu lui suffiras.

Pourquoi écrivez-vous alors que vous avez un réel potentiel sur Fifa 2016 ? 

Moi, c’est plutôt Resident Evil… c’est exactement comme Fifa, sans footballeurs, sans ballons, sans terrain, mais avec des flingues et des zombies. Et toi ? Tu en es à quel niveau de « My Little Pony » ? Tu as atteint le boss : le méchant arc-en-ciel ?

Vincent G. : Olivier, pourrais-tu me dire si je me suis trompé en pensant à tout ce que cela t’avait coûté d’écrire cette histoire. Pour ma part, en tant que fils d’immigré, je suis toujours très affecté par tout ce qui touche au déracinement…
Merci de ta réponse, et encore bravo pour ton roman.
Amicalement,

Salut Vincent. Ta question me touche beaucoup… car, non, ce livre n’a pas été gratuit à l’écriture… mais c’est très mal placé de parler de ce que ça m’a coûté, en rapport avec l’histoire que je raconte, avec des trajets de vie autrement plus compliqués que mes petits problèmes d’écrivain.

Dav : Quel roman ! on sent bien tout le cœur que tu as mis dans cette histoire.. As-tu parlé à beaucoup de migrants; de flics Calaisiens pour être aussi crédible?? Agnès G.: Comment t’es venue l’idée d’écrire ce livre et combien de temps ont duré les recherches ?

6 mois d’enquête, de recherches sur le terrain… je n’ai strictement rien inventé, tout me vient d’eux !

Eric : Pas encore lu. Par contre depuis quand avez-vous le besoin de décrire avec force notre société avec ces dérives quelques qu’elle soit !!

Depuis mon tout premier roman, quand j’ai constaté que 1800 polars sortaient par an et qu’il fallait que je leur donne une force nouvelle. D’où le choix de sujets socio-politiques qui sont toujours la base de mes enquêtes.

Laurent G. Quelle est la question que tu aurais aimé qu’on te pose, et quelle en serait la réponse ?

Quelle est la réponse ultime au sens de la Vie ? La réponse est 42. Mais là, faut être sacrément geek 😉

( Là je n’ai rien compris du tout !!! ) 

Aimerais-tu écrire un roman à 4 mains et si oui, avec qui aimerais-tu travailler? 

L’écriture est beaucoup trop personnelle pour la partager. De plus, j’écris souvent à 4, 8, 12 mains les scénarios… alors je me laisse les romans comme espace privé.

Céline V.  À quand un livre écrit à 4 mains avec Nicolas Lebel ?

Jamais, plutôt mourir. Et s’il sort un bouquin avec nos deux noms, commencez à draguer les rivières… Nicolas aura eu raison de moi !

(Flûte ! )

Sylvie G.As-tu le projet d’écrire dans un autre registre que le polar ?

J’ai déjà un peu commencé avec celui-ci qui est résolument un roman noir. La SF me tente, la romance aussi… sky is the limit.

Marielle P. Bonjour, qu’est-ce que qui vous a conduit à écrire votre premier roman ?

Un concours de nouvelles qui m’a fait prendre conscience que je pouvais écrire. Puis, les bonnes rencontres avec les bonnes personnes. La chance a une grande part dans tout cela.

Quels auteurs de Polar vous influencent (à part Nicolas Lebel 😂) ?
Fred Vargas, Claire Favan, Hugo Boris, Barbara Abel, Ken Follett, John Irving, Conan Doyle, Souvestre et Allain…

Quels films policiers vous a le plus marqué ? Même chose pour une série policière.

En film policier ce serait Memories of Murder, un incroyable film coréen. En série, actuellement Mind Hunter est une vraie claque autant esthétique que scénaristique.
Quel est votre livre policier préféré ?

L’assassin habite au 21.

Avez-vous déjà une idée du fil narratif et de la fin quand vous commencez à écrire ?

Oui, tout est planifié en mode méticuleux. Je ne suis jamais perdu, je sais toujours où je vais !

Violaine Olivier
Trêve de plaisanterie…je suis bluffée, scotchée, et donc aussi démunie face à ce problème de société que nous connaissons.
J’ai la sensation que pour l’écrire une « retraite » en montagne n’aura peut-être pas suffit à évacuer les émotions…alors comment faites-vous pour « sortir » d’un tel ouvrage ? Et ensuite comment repartir pour le suivant ?

Je n’en ai aucune idée, je suis encore en plein dedans… je ne peux vous répondre aujourd’hui… ils sont encore là, tous les personnages, et j’ai du mal à m’en séparer. Tout simplement parce qu’ils existent.
En vous lisant j’ai eu plusieurs chansons en tête notamment « j’étais là » de Zazie et « Soudan » d’Alain Souchon. Est-ce que vous avez eu une playlist au cours de l’écriture ?

Jamais. La musique raconte déjà une histoire et en cela, elle parasite les émotions que je veux doser… avec la musique, je dérape, je déborde…

as-tu des nouvelles des personnes rencontrées ?

Non. Et c’est très dur.
Merci en tout cas pour votre regard sur la société. Si c’était en mon pouvoir je ferais étudier vos ouvrages aux lycéens qui commencent à se forger une culture…

 

 

Publicités

2 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s