Mon gamin – Pascal Voisine

Mon gamin est une agréable surprise. Un très chouette roman d’amour et d’amitié. Mais sans happy end !

Thierry retourne dans le village de son enfance. Après des années, son passé se revient à lui lorsqu’il reçoit une invitation à se rendre aux obsèques de son ex-belle-mère. A peine arrivé, il croise un pensionnaire de l’hôpital psychiatrique que gérait son père. Celui-ci lui révèle qu’il a tout vu ce fameux jour du mois d’août 1977. Quarante ans, et le passé est toujours présent !

– Le 17 août 1977, à dix heures moins le quart, je jouais avec un chat dans le jardin et j’ai tout vu.
Les infirmiers ceinturent Gilles qui n’oppose aucune résistance.
– Poussez-vous, monsieur, cet homme est dangereux, lance celui qui semble diriger les opérations en entraînant Gilles vers le fourgon.
– J’ai tout vu par la fenêtre, Thierry. J’ai tout vu…

Tout le long de ce roman, on court après ce fameux évènement du 17 août 1977 ! Il nous étreint, nous fait cogiter, nous titille !

On passe de Thierry adulte au Thierry ado pour notre plus grand bonheur. Certains passages sont des petites douceurs à savourer comme le dîner avec le chef de la police qui est frustré de ne pas être bourreau. Il y a des passages beaucoup plus sensuels. Et beaucoup d’humour et de naïveté avec le personnage de Francis, un des pensionnaires de l’hôpital.

Sous cette couverture pleine de couleur et de gaieté ce cache un drame. Et après avoir lu ce roman, le titre prend une importance forte et poignante.

Donc, si vous ne l’avez pas encore compris ce roman est une très très belle surprise. J’ai été enchanté par la plume de Pascal Voisine. Un premier roman vraiment réussi !

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : booksnpics – pagesversicolores

En négatif  ou plus mitigé : page babélio

Mon score:

  • Originalité 4-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Un presque enfant et un adulte pas comme les autres. Deux destins où dansent l’amitié et l’humanité. Cet été 1977, un été de vinyles, de chaleur et de baignades, Thierry a 14 ans et découvre la musique, les premiers émois, les montagnes russes de l’adolescence où tout est à la fois morne et intense. Il passe ses journées avec son meilleur ami, Francis, un handicapé mental qui vit à l’hôpital psychiatrique voisin depuis toujours. Le gentil Francis adorait la mère de Thierry, et va chaque semaine poser un petit caillou sur sa tombe. Il a vu naître Thierry, qu’il appelle « mon gamin », et lui voue une amitié joyeuse et entière. Mais le destin s’appuie souvent sur pas grand-chose. Un infirmier tatoué fan d’Elvis, une belle-mère trop jeune et trop jolie, une guitare à deux manches, un chat bien curieux… Et tout bascule. Quarante ans après ce mois d’août 1977, Thierry, devenu un chanteur à succès sous le nom de Marc Alder, va enfin découvrir la vérité sur les quelques jours qui ont changé toute sa vie.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s