Le savais-tu ?? La grève des ouvrières des manufactures d’allumettes à Londres en 1888

La petite histoire dans la grande histoire !

Dans le roman Retour à Whitechapel de Michel Moatti, l’une des victimes de Jack l’Eventreur se retrouve en pleine manifestation. Nous sommes en plein cœur de Londres en 1888, des femmes mutilées lèvent les points en signe de protestation contre leur employeur.

Bryant & May

Créé en 1843 par deux quakers, Francis May et William Bryant . Ils commencent en 1850 par importer des allumettes de sûreté à base de phosphore rouge ( inventé par le suédois Gustaf Erik Pasch, en 1844)  fabriquées par John Edvard Lundström (Suède) (10 ou 15 caisses de 720 000 allumettes).

En 1853, Bryant et May vendaient plus de 8 millions de boites d’allumettes par an; ce qui représente environ 50% de la production des frères Lundström.

En 1855, Lundstrom na pas été en mesure daugmenter sa production pour satisfaire à la demandeils ont donc acheté son brevet pour le Royaume-Uniet avec son aideont  construit une usine pour le modèle dallumettes de sécurité à BowIls ont commencé à  utiliser du phosphore rouge en 1855mais nont pas pu rivaliser avec le prix beaucoup  plus compétitif des allumettes à base de phosphore jaune d le recours au travail des  enfants.

 En 1860, les ventes de Bryant et May atteignaient 27,9 millions de boites.

1888 rien ne va plus !

téléchargement

Dans un de ses articles dans The Link du 23 juin 1888 («White Slavery in London», «Esclavage blanc à Londres»), Annie Besant dénonçait les conditions de travail des ouvrières de la manufacture d’allumettes Bryant & May qu’elle avait visitée.

La grève des ouvrières des manufactures d’allumettes à Londres en 1888 était une grève des ouvrières pour protester contre les mauvaises conditions de travail qui leur étaient imposées. Elles dénonçaient notamment :

  • les journées de travail de quatorze heures (des adolescentes qui travaillaient de 6 h 30 à 18 h)
  • les bas salaires : La journée de travail pour quatre shillings par semaine (soit moins que le loyer d’une seule pièce) et qui ne mangeaient que du pain beurré trempé dans du thé)
  • les amendes arbitraires ( amendes imposées par la direction (pour pieds ou vêtements sales par exemple).
  • Les maladies graves provoquées par l’utilisation du phosphore jaune (ou blanc ).les gaz du phosphore leur pourrissaient les dents et les gencives.

La grève fut décidée et le 11 juillet, 1 400 ouvrières avaient cessé le travail : leurs conditions ne pouvaient pas être pires, même si, en l’absence de syndicat (alors presque réservé aux hommes), il n’y avait pas de caisse de grève.

Devant le mouvement d’opinion publique, la direction de Bryant & May finit par céder. Les jeunes filles licenciées furent réembauchées ; les conditions de travail se perfectionnèrent ; les salaires furent augmentés et les amendes supprimées. Un syndicat fut même créé dans l’entreprise

Ce mouvement marqua l’histoire sociale britannique dans la mesure où il fut le premier mené par des ouvrières sans qualification. 

La fin du phosphore blanc et jaune

Suite à ce constat des conditions de travail et plusieurs décès d’adultes et d’enfants ( notamment suite à l’ingestion d’allumettes), une nouvelle usine en 1891( financé par l’armée du salut ) ouvre ses portes en utilisant du phosphore rouge qui est moins toxique.

En 1901, Bryant & May annonce qu’il n’utilise plus de phosphore jaune dans la fabrication de ses allumettes. Pour la petite histoire, depuis 1850, ils importaient des allumettes suédoises à phosphore rouge. Lorsqu’ils ont décidé de fabriquer leurs allumettes, le prix compétitif du phosphore jaune par rapport au rouge, a imposé le choix des deux hommes.

L’Armée du salut avait le même problème. Leurs allumettes coutaient au départ trois fois le prix des allumettes à base de phosphore jaune. Ils n’ont obtenu qu’un succès partiel et uniquement parce que beaucoup de leurs partisans ont refusé d’acheter des allumettes à base de phosphore jaune, ils ont automatisé une grande partie du procédé de fabrication des allumettes, à l’exception du remplissage, pour faire baisser les coûts, et le recours au travail des enfants dans les métiers dangereux fut interdit. Mais l’usine avait encore des difficultés à être compétitive sur les prix. L’usine de l’Armée du salut ferme et est reprise par Bryant & May, le 26 novembre 1901.

En 1908, la Chambre des communes britannique adopte une loi interdisant l’utilisation de phosphore jaune dans les allumettes après le 31 décembre 1910. Cela fut pour le Royaume-Uni la date d’application de la convention Berne de 1906 sur l’interdiction du phosphore blanc dans les allumettes.

Aujourd’hui

img-1-small480
Bow, dans l’est de Londres, entrée principale de l’ancienne usine d’allumettes de Bryant & May ; ce bâtiment de bureaux date de 1874.

Aujourd’hui À Bow, dans l’est de Londres, l’usine historique de Bryant & May remontant aux années 1860 fut transformée au début des années 1980 en une grande résidence sécurisée comptant plus de sept cents appartements . L’ancienne usine de la même firme située à Speke, près de Liverpool, construite en 1921 et fermée en 1994, offre aujourd’hui des locaux pour des entreprises « jeunes pousses »

27072521_10155551581387701_8164176915058267468_n
Merci à l’auteur pour ce partage de document 

 

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Elle M Lire

Lectures en tout genre d'une bretonne à Paris

Psych3desLivres

La curiosité est notre plus beau défaut !

LIRE EST LE PROPRE DE L'HOMME

tu n'élimines pas le lire en éliminant le livre (umberto ecco

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

Les lectures de Louise

" La lecture est une amitié " Marcel Proust

Book By the Bay

*Chroniques*

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Livresque78

Notre passion des livres que nous partageons avec vous. Instagram:Bloglivresque78 Twitter:magdon8

Sangpages

ROMANS NOIRS - POLARS - THRILLERS -YOUNG ADULTS - SERIES TV

FABRICE LIEGEOIS

Tribulations protégées...

LES LIVRES DE K79

Les lectures et les avis d'Anthony

Les Imposteurs

Littérature, essais, poésie, polar, mauvais genre

blacknovel1

Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com

The Cannibal Lecteur

"My mind rebels at stagnation. Give me problems, give me work, give me the most abstruse cryptogram, or the most intricate analysis, and I am in my own proper atmosphere. But I abhor the dull routine of existence. I crave for mental exaltation". Sherlock Holmes, Sign of four (Le signe des quatre)

Collectif polar : chronique de nuit

Lectures noires, polar, coups de coeur, coup de gueule d'une simple bibliothécaire férue de littératures policières et de l'imaginaire

%d blogueurs aiment cette page :