Un mari idéal – Leah McLaren

Que seriez-vous prêt à faire pour divorcer sans perdre trop d’argent ? Sans se faire passer pour le méchant ? Et si vous arriviez à faire croire à l’autre que « c’est pour son bien » !

Nick est riche, marié et père de deux enfants. Il est le patron de l’une des plus grosses agences de pub, tout pourrait être super mais sa vie familiale est un désastre. Il évite le plus possible d’être chez lui, il n’a plus de communication avec sa femme, plus de sexe et ses enfants lui sont étrangers. Il n’en peut plus, il veut divorcer. Le problème dans ce genre de cas c’est qu’il va perdre beaucoup, mais vraiment beaucoup d’argent ! Il met en place une tactique pour réduire ses pertes. Mais pour cela, il doit devenir le mari parfait !

Les gens ne voient que ce qu’ils ont envie de voir, n’entendent que ce qu’ils ont envie d’entendre et piochent ce qui les intéresse dans la réalité afin de monter une histoire qui leur convient. Voilà pourquoi il est bien plus facile de convaincre quelqu’un avec un mensonge évident, mais réconfortant, plutôt qu’avec une vérité crainte, mais douloureuse. En définitive, les gens sont toujours séduits par les histoires qui leur font du bien, peu importe leur degré d’invraisemblance.

Bon, comment aborder mon retour lecture. Un roman bien écrit, c’est incontestable. Mais l’histoire n’est absolument pas fidèle à la quatrième de couverture !

Avec un humour ravageur, Leah McLaren signe une comédie de moeurs très perspicace et un portait ironique du mariage et de la parentalité aujourd’hui.« Un roman original, surprenant et intelligent. » Daily Mail .

Je cherche encore l’humour ravageur ! J’espérais du cynisme, mais rien, pas une once d’humour grinçant . Moi je vous le dis, il y a duperie !

L’histoire est finalement assez plate. J’ai eu l’impression de lire un téléfilm américain où tout le monde est beau, riche et partiellement heureux. Tout dérape, mais ne vous inquiétez pas d’une façon ou d’une autre vous aurez un happy end. Bref, vous fermerez ce livre soit ravi car vous aimez ce genre de comédie, soit déçu (comme moi ) car il vous manque un message plus profond que de vous divertir.

Dans ce roman, l’auteur fait passer le mari pour un homme vénal et horrible. Mais attardons-nous sur cette femme qui a choisi de délaisser sa carrière (avocate en droit de la famille) pour élever ses jumeaux. Elle allaite toujours ses enfants la nuit alors qu’ils ont plus de 3 ans, elle fait chambre à part puisqu’elle dort avec ses enfants, elle impose des règles alimentaires pour toute la famille. Bref, elle a évincé le mari de cette famille. Finalement, les deux personnages sont antipathiques. Elle est persuadée que son mari a une maîtresse, mais elle laisse faire alors qu’elle « aime » et veut retrouver son mari. Pas un mot, rien ..J’ai un peu de mal à y croire surtout vu la carrière professionnelle de cette femme.

Ce type de livre ne va pas vous enrichir, mais il a au moins la fonction de vous faire passer un moment sans prise de tête. Donc vous l’aurez compris, ce n’est pas le livre du siècle pour moi. Je vous laisse seul juge de votre désir de découvrir ce livre.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : retour sur Babélio

En négatif ou plus mitigé :  vers autre chose

Mon score:

  • Originalité 
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Depuis la naissance de leurs jumeaux il y a trois ans, Maya et Nick ne sont plus sur la même longueur d’onde : Maya ne se pardonne pas d’avoir renoncé à sa carrière d’avocate pour s’occuper des enfants ; Nick, qui a vu la battante qu’il aimait se transformer en mère au foyer, fuit leur quotidien routinier en se noyant dans le boulot.Si Maya espère voir Nick s’investir dans leur vie de famille, Nick, lui, n’a qu’un souhait : divorcer. Le seul hic, son salaire de nabab dans la pub. Sur les conseils d’un ami avocat, il élabore un plan d’attaque : jouer au mari idéal, histoire d’inciter sa femme à reprendre le travail et réduire ainsi la pension à lui verser. Parviendra-t-il à convaincre Maya ?Avec un humour ravageur, Leah McLaren signe une comédie de moeurs très perspicace et un portait ironique du mariage et de la parentalité aujourd’hui.« Un roman original, surprenant et intelligent. » Daily Mail

15 commentaires

    1. On va dire que c’est ça ! Je manque d’humour 😉 En plus j’ai oublié de dire que la couverture n’est pas vraiment jolie 😉 Je regarde rarement les 4ème pour ça, mais je souhaitai prévenir le lecteur 🙂 Il pouvait y avoir une super histoire, c’est dommage.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s