Elastique nègre – Stéphane Pair

Bienvenue en Guadeloupe, la température extérieure est de 28°. Le soleil est à son zénith. J’espère que vous avez prévu des tenues adéquates et surtout de la crème solaire dans votre valise, car le roman qui suit va vous éprouver plus que la météo. Autant être à votre aise.

Une jeune femme blanche est retrouvée morte dans la mangrove. Sans identité, les gendarmes se lancent dans des mois d’enquêtes qui vont les plonger dans les méandres d’un trafic de drogue.

Je ne sais pas si vous avez un jour ressenti ça avec quelqu’un mais j’ai l’impression que je fais partie de lui ou bien qu’il fait parti de moi. J’ai peur parfois de devenir lui. Il est sale parce qu’il vient droit du garage. Et cette odeur autour de lui, et qu’il amène jusqu’ici, c’est aussi le garage. Valvoline. Et cette farine ? Valvoline.

Parlons avant tout de la construction du roman. Un roman choral un peu particulier tout de même, car non seulement vous avez à chaque chapitre un personnage différent (d’où le roman choral hé oui je reste cohérente) mais en plus dans chaque chapitre vous trouvez des sortes de sous-chapitres qui se situent au présent comme au passé et parfois totalement irréel puisque ce sont des rêves. On pourrait trouver tout cela un peu fouillis, anarchique, alors qu’en réalité tout est construit avec intelligence . Un peu désorientant au départ, ce roman se mérite et lorsque vous aurez compris sa construction, il dévoilera tous ses secrets.

Ce roman, c’est aussi un voyage dans les bidonvilles de Guadeloupe. Dans les travers d’un système pas toujours adapté à l’île. Dans la plaque tournante de la drogue. Le journaliste n’est jamais très loin.

Et dans les croyances ! J’ai aimé les contes d’un des personnages. Des petites histoires dans la grande ! Sorte de bouffée d’air frais.

J’ai aimé également lire le créole (à dose modérée et toujours traduite ) qui a mis du soleil dans ses lignes 🙂 Mais ne vous y trompez pas, ce roman est noir et épicé à souhait !

Vous voilà prévenu, ce livre est une rencontre et j’ai beaucoup aimé l’originalité et finalement la prise de risque de l’auteur .

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : des écritsdealer de lignes

En négatif ou plus mitigé : nunuchenomoretruebloodaddict

Mon score:

  • Originalité 4-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Vieux-Bourg, Guadeloupe.
Sous la lune, le chasseur de crabes a vu progresser un groupe d’hommes dans la mangrove. C’est là, dans les entrailles mêlées de la terre et des eaux, qu’on retrouve le corps d’une femme blanche.
Qui était-elle ?
Les rêves du lieutenant-colonel Gardé sont pleins d’amantes à la peau lisse et noire comme celle des boas. Il mène l’enquête sur le cadavre du canal des Rotours, mais se heurte au mutisme et à la méfiance. En tête des suspects, le jeune dealer Vegeta, cerveau du réseau local, roi parmi les chiens, consumé par une douleur secrète.
Des squats de Pointe-à-Pitre au volcan endormi de Montserrat, de Key West à Sainte-Lucie, une immersion envoûtante dans un monde où la beauté animale n’a d’égale que l’obscure la bestialité qui sommeille au fond des hommes.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s