Le savais-tu ?? Plymouth ville fantôme

La petite histoire dans la grande histoire !

Dans le roman Elastique Nègre de Stéphane Pair, l’un des personnages trouve la planque idéal pour faire son petit commerce. Je découvre avec grand intérêt qu’une grande partie de l’île de Montserrat est interdite d’accès. Et du coup je redécouvre un faît pas si vieux mais un peu enfoui sous les autres désastres de notre planète.

L’île en quelques dates marquées par les catastrophes 

1493 : le 11 novembre, Christophe Colomb « découvre » l’île, qu’il baptise Santa Maria de Montserrate, mais ne s’y attarde pas. Arawaks et Caribs sont alors les seuls habitants d’Alliouagana, le « pays de l’aloès », qui avait auparavant été occupé par les Taïnos.

1630 : début de la colonisation britannique. En 1679, l’île compte 2 682 Blancs et 992 Noirs. En 1729, il n’y a plus que 1 050 Blancs pour 1 908 habitants. L’esclavage est mis au service de la culture du sucre, du tabac et de l’indigo.

1667 : ouragan. 1672 : tremblement de terre.  1737-1792 : six ouragans.

1834 : libération des esclaves, totalement émancipés en 1838.

1843 : tremblement de terre.

1866 : Montserrat devient une colonie de la Couronne britannique.

1896, 1897, 1898 : inondations. La culture du coton va succéder à celle du sucre. 1899, 1924, 1928 : ouragans. 1935 : tremblement de terre et activité volcanique.

1961 : élection du premier Chief Minister, chef du gouvernement, conformément à la Constitution de 1959.

1974 : tremblement de terre. 1981 : inondations. 1989 : le 17 septembre, le cyclone Hugo ravage l’île.

1992 : premières manifestations sismiques témoignant d’un réveil du volcan.

Je vous raconte la suite !

Plymouth

Plymouth était la capitale de l’île de Montserrat, un territoire d’outre-mer du Royaume-Uni situé dans la chaîne de l’île Leeward des Petites Antilles.

Ville côtière, elle était le lieu de transit commercial de l’île. Plymouth était de loin la plus grande agglomération de l’île, avec environ 4 000 habitants Il avait été le site de presque tous les magasins et services de l’île, en plus d’avoir été son siège du gouvernement.

Résultat de recherche d'images pour "plymouth montserrat"

le volcan Soufrière

À partir de juillet 1995, une série d’éruptions massives sur le volcan Soufrière a provoqué des coulées pyroclastiques ( roches composées principalement ou uniquement de matériaux volcanique) et des chutes de cendres à travers une vaste zone du sud de Montserrat, y compris la capitale, Plymouth. Il était immédiatement clair que la ville était en grave danger.

Image associée

Le 21 août 1995, le téphra (ensemble des matières solides et liquides provenant du magma et des roches de la cheminée volcanique, entraînées par les gaz et éjectées avec eux lors des éruptions volcaniques) est tombé à Plymouth et, en décembre, les résidents ont été évacués par mesure de précaution. Les résidents ont été autorisés à revenir quelques mois plus tard.

Mais le 25 juin 1997, une éruption massive a produit des ondes pyroclastiques qui ont tué 19 personnes et atteint presque l’aéroport de l’île, à l’est de l’île. Plymouth a été de nouveau évacué.

L’explosion a lieu toutes les dix heures, avec une régularité de métronome. Projetant une pluie de cailloux incandescents, de cendres et de poussières, le volcan la Soufrière plonge alors la petite île de Montserrat, au milieu des caraïbes britanniques, dans ce que les vulcanologues appellent la «nuit ardente». Cette nouvelle phase d’activité du cratère qui s’est déclenchée dimanche a entièrement détruit la capitale Plymouth, déjà évacuée. Près de la moitié sud de l’île est désormais considéré comme «perdue pour des générations», selon l’un des habitants encore sur place, qui décrit un paysage carbonisé par le feu et les gaz acides. «Le pire n’est pas passé. La situation évolue par palier, et chaque nouvelle marche est plus haute», expliquait Jean-Christophe Komorowski, hier au centre de vulcanologie de Pointe-à-Pitre, à la Guadeloupe, en contact constant avec le centre de Montserrat. Toutefois, le plan d’évacuation vers Antigua et la Guadeloupe, les deux îles les plus proches, n’avait pas été déclenché hier soir et le scientifique restait prudent sur la rapidité des changements d’humeur du volcan.

Sur 10000 habitants, 5500 ne se résolvent pas à quitter leur îlot, que la Soufrière menace depuis deux ans après un sommeil de six siècles. Ils se sont réfugiés au nord de l’île, partie la moins fertile et jusque-là délaissée. Le gouvernorat y envisage la construction d’une nouvelle ville. Le relief accidenté, qui fut le handicap de cette zone, est en effet devenu le salut des insulaires, les mettant théoriquement à l’abri des projections volcaniques. Sauf en cas de météo défavorable pendant une éruption ou de caprices de la Soufrière. Selon Jean-Christophe Komorowski, la phase d’activité de ce type de volcan dure de quatre à six ans. 

Libération le 8 août 1997 à 07:47

Entre le 4 et le 8 août, une autre série de grandes éruptions a détruit environ 80% de la ville, l’enterrant sous 1,4 mètre de cendres. Ce matériau brûlant a brûlé de nombreux bâtiments, rendant l’habitation presque impossible pour de nombreux résidents. Les écoulements pyroclastiques, la lave, les cendres et d’autres types de roches volcaniques étaient pour la plupart compacts, ayant une densité similaire à celle du béton. Les moyens pour récupérer les corps étant trop élevé, tout fut laisser en état.

Le mystérieux casse de la Barclays Bank 

Le scénario est digne des meilleurs thrillers. Alors que la ville est sous la menace d’un volcan furieux, une équipe de voleurs profite de la panique pour faire le casse du siècle. En 1998, la Eastern Caribbean Central Bank (ECCB) constate que des billets de banque non répertoriés circulent dans les Antilles britanniques. Le lien est rapidement fait avec la Barclays Bank de Plymouth où étaient stockés les billets en question au moment de l’évacuation de la ville. L’enquête montre que 900 800 dollars est-caribbéens (près de 350 000 euros) ont été volés dans le coffre pourtant protégé par 50 centimètres de béton armé. Huit personnes, dont un ancien employé de la banque, sont arrêtées.

A Montserrat, le vol laisse un souvenir amer. Nombre d’habitants se sont retrouvés avec, en main, de l’argent sans valeur, parfois délivré par leur propre banque. Les peines prononcées seront légères. La police locale a, elle aussi, été impliquée. Une question subsiste : comment les autorités ont-elles pu laisser une telle somme sans protection dans la ville désertée ?

Aujourd’hui

Plymouth a été abandonnée et toute la moitié sud de l’île a été déclarée zone d’exclusion en raison de l’activité volcanique continue sur les collines de la Soufrière. Depuis lors, l’activité volcanique n’a pas cessé, alternant accroissement du dôme, effondrements et coulées pyroclastiques. 

Résultat de recherche d'images pour "plymouth montserrat"

Le gouvernement de l’île a été déplacé à Brades, bien que Plymouth reste la capitale de l’île.

En 2013, un nouveau port et une nouvelle capitale sont en construction à Little Bay, sur la côte nord-ouest de l’île. La destruction de Plymouth a causé de graves problèmes économiques à l’île de Montserrat. Certaines des installations perdues ont ensuite été reconstruites ailleurs à Montserrat, mais cela n’a pas empêché l’émigration. Plus des deux tiers de la population de l’île ont été évacués par la Royal Navy. La plupart des évacués n’y sont pas retournés.

Aujourd’hui c’est une ville fantôme pour touristes téméraires si vous avez réussi à négocier avec les autorités !

Résultat de recherche d'images pour "plymouth montserrat eruption"

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s