L’important c’est la pomme – Benoît Chavaneau

Un court roman qui a pourtant un sacré poids tant l’histoire est dense, tortueuse d’une relation entre un homme et une femme très nuisible.

L’histoire commence avec une jeune femme qui court a en perdre haleine. Elle fuit quelque chose ou quelqu’un, lorsqu’elle se cache dans un ancien ermitage. Nous apprenons très vite qu’elle est amnésique, mais sa rencontre avec le propriétaire de cette demeure lui laisse croire qu’il sait qui elle est. Est-il fou ? Est-elle celle qu’il prétend ? Qui la poursuit ?

Elle défroissa sa chemise, la tira sur ses genoux, sonna à la porte.
Effrayée, elle eut un mouvement de recul quand une cloche fêlée se mit à sonner quelque part. La porte ne bougea pas. Les volets restèrent clos. Alors, elle entreprit de faire le tour de cette grande ferme isolée, qu’on appelle hofstede par ici. Un grand carré de murs aveugles, de briques rouge sombre, sur lesquels poussaient des rosiers sauvages et de l’aubépine. De l’autre côté, à l’opposé de l’entrée de la maison, un grand portail, bleu lui aussi, n’avait pas été ouvert, depuis des années.
Elle continua de longer le mur d’enceinte.
Masqué par un rouleau de ronces, un soupirail était resté ouvert. Elle se griffa et se brûla les jambes, les bras, les mains. Mais se coula, fluette, par l’orifice béant, non sans avoir éparpillé son ultime poignée de poivre. Avec un peu de chance, elle pourrait s’abriter là pour la nuit. Voire quelques jours.
Elle déchira sa chemise de nuit en se laissant avaler par la meurtrière. Il y avait trois caisses en dessous, du solide, qui faisaient une sorte d’escalier, contre le mur. La cave était haute sous plafond. Et spacieuse.
Tous les sens de la jeune femme vibraient, aux aguets.

Ce livre est un livre d’ambiance ! Il règne un climat malsain,  de mensonge et pervers entre les deux personnages principaux.

D’ailleurs, plus vous découvrez l’histoire de famille des propriétaires de cette énorme demeure, plus vous sombrez dans la duplicité, le sang et les mensonges. Le rythme s’affole, vous dévalez cette histoire comme si vous tombiez dans un gouffre.

L’ancien ermitage est un personnage également, car ces murs sont fourbes (car piégés ) et c’est un imbroglio de pièces, de cachettes tel un ennemi en embuscade.

Un troisième personnage pointe le bout de son nez et prend de l’importance petit à petit dans cette histoire, un flic rusé, intelligent et très curieux. Il nous apporte un peu de fraicheur en sortant de l’enceinte de cette habitation.

L’écriture de l’auteur est riche, soignée et élégante.

Comment démêler toute cette histoire ou machination ? Rien de mieux pour vous que de découvrir ce livre.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : Lecteur Babélio – Lecteur Sens Critique

En négatif ou plus mitigé :

Mon score:

  • Originalité3-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

En plein coeur de la forêt des Flandres, une jeune fille amnésique court. Dans son esprit, une obsession : fuir. Elle trouve refuge dans la « Demeure des Oublis », un ermitage. C’est là que vit Tristan Follet. Si à ses yeux l’homme lui est inconnu, il semble par contre en savoir beaucoup sur elle. Leur rencontre tourne à l’affrontement. La fugitive doit faire face aux mensonges et aux manipulations de Tristan. Dans un huis clos étouffant, elle exhume un à un des cadavres du placard. Et tache de ne pas en devenir un.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s