Organigramme -Jacques Pons

Un petit côté Agatha Christie chez Vuitton 😉 Voilà en quelques mots mon ressenti sur le premier roman de Jacques Pons .

Tout commence par le meurtre d’un des directeurs de la célèbre Maison Louis Laigneau, grande marque de luxe française, lors d’un séminaire à Marrakech. Puis, d’une soirée où les autres collaborateurs se retrouvent drogués à leur insu.  Un sombre projet est en marche, mais par qui ? Et pourquoi ?

Comme tous les autres je suis un outil. Quand un outil est précieux, on en prend soin, on l’entretient, on le bichonne. Quand un outil est obsolète, on s’en débarrasse.

Pourquoi ce roman me fait-il penser à Agatha Christie ? 

Si vous avez lu son célèbre Dix petits nègres, vous devez connaitre ce huis clos où tous les personnages sont menacés par l’un d’entre eux. Ici, même ambiance. Tous les personnages sont dans la ligne de mire d’un membre de direction de cette entreprise.

Les personnages 

La force de ce bouquin, en dehors de son intrigue, est la description de ces persos. Alors on s’attarde plus sur certains que d’autres, mais on sent un véritable travail afin de donner vie à ces protagonistes.

Je dirai que le deuxième élément, et pas des moindres, est la connaissance du milieu de la mode avec ses contraintes, sa rigueur…. Après recherche, il s’avère que l’auteur travaille depuis plus de 15 ans dans ce domaine. Au plus près du réel ! De vous à moi, cela ne fait pas rêver 😉

Un mélange d’univers 

Un personnage relie deux mondes bien distincts : Yasmina. Ce personnage dénote des autres, tout simplement parce qu’il est issu des cités. Elle a gardé des liens étroits avec le roi des dealers. Bref, c’est surprenant ce choc culturel, mais finalement plutôt bien fait.

La conclusion   

Bien que, je dois vous avouer, la fin m’ait déçue (pour différents points : Le méchant n’est pas si surprenant, je m’attendais à une chute plus « spectaculaire » et l’épilogue ne sert pas à grand-chose. Heu, il va de soi que ce n’est que mon avis), ce roman reste un très bon thriller. Les chapitres sont courts, il y a un vrai rythme dans l’histoire. Pour un premier roman, franchement Jacques Pons s’en sort comme un chef. Une lecture plaisante à laquelle vous vous surprendrez à dire : Allez encore un petit chapitre ….à de nombreuses reprises.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif :  sang pages – book liseuse

En négatif ou plus mitigé : encore un livre web– babélio

 

Mon score:

  • Originalité 3-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

 

Quatrième de couverture:

La vision sans exécution n’est qu’hallucination.
Telle est la devise du célèbre patron de la Maison Louis Laigneau, fleuron du luxe français. Martelée en chaque occasion, de séminaires de créativité entre beautiful people en conference calls des membres du CoDir, elle va également devenir celle d’un tueur dont le seul but est d’anéantir de façon brutale, méthodique et cruelle l’intégralité de l’entreprise et de ses salariés.
Quelles sont ses motivations ? Quelles sont réellement ses cibles ? Pourquoi un tel déferlement de haine froide ?
Une chose est sûre: rien ni personne ne sera épargné dans la réalisation de ce mortel projet.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s