Les Jolis Garçons -Delphine de Vigan

Il était là, entre d’autres livres, dans ma bibliothèque depuis si longtemps que je l’avais oublié. Et puis, alors que je cherchais un roman court (149 pages ), marre des gros livres qui pèsent une tonne dans mon sac, il se retrouva entre mes mains.

J’aime la plume de Delphine de Vigan. J’ai été émue avec No et moi et j’ai pleuré avec Rien ne s’oppose à la nuit. Les jolis garçons n’a pas la même renommé que ces deux romans et maintenant je comprends pourquoi.

Emma est une jeune trentenaire. Ce roman vous raconte trois rencontres, trois amours. La passion, l’illusion et la perte.

Je suis toujours passée à côté des hommes, je les ai aimés trop tôt, trop vite ou trop tard.

Sa construction est des plus simple, trois rencontres donc trois parties. Malheureusement pour moi autant j’ai aimé la première autant les deux autres m’ont laissé de marbre.

Le premier homme se nomme Marc. L’amour d’Emma est si fort qu’il tourne à la folie. Cette rencontre m’a dérouté, émue. Delphine de Vigan joue avec son lecteur, car il est bien intriguant ce personnage. On se pose beaucoup de questions lors de la lecture de cette partie.

Puis on rencontre Ethan et enfin Milan. Et je pense qu’ils ne resteront pas dans ma mémoire très longtemps. Ils n’ont pas la même consistance que ce personnage mystérieux qu’est Marc. Des histoires d’amour particulières certes, mais rien d’extraordinaire non plus. Emma est une femme passionnée , fragile émotionnellement.

Lorsque l’on termine la dernière page, on se dit que ce roman n’apporte pas grand-chose au final. C’est tout simplement des instants de vie.

La plume est toujours aussi belle. Ce roman comporte des phrases très belles. Mais, honnêtement, il est loin d’être le meilleur de l’auteure.

Je sais que le manque prend parfois toute la place.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif :  maisyslittlewords – nyx-shadow

En négatif ou plus mitigé : les chroniques culturelles  – aboutwendyandbelle

 

Mon score:

  • Originalité 2-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

 

Quatrième de couverture:

Prenez un homme qui aime les femmes, le corps des femmes surtout. Il a une quarantaine d’années, il est beau mais fatigué.
Prenez une femme qui aime les hommes, la peau des hommes mais pas seulement. Elle va avoir trente ans, elle est jolie quand elle y prête attention, parfois on se retourne sur elle, on la dévisage, parfois elle est grise, on ne la voit pas.

Trois hommes dans la vie d’Emma.
Trois rencontres sur des musiques différentes, basses et douloureuses, rieuses et légères, hantées par un même motif : l’illusion.
Combien de fois faut-il rejouer la fable pour être capable de s’en défaire ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s