Un petit boulot – Iain Levison

Encore un petit livre qui se trouvait dans mon immense PAL. Oui, il y a énormément de nouveauté, oui j’en ai beaucoup à lire pour l’actualité de ce blog, mais j’aime lire en fonction de mes envies (chose que j’avais oublié en raison des contraintes de ces pages). Le point positif, c’est que tous ces romans sont disponibles en version poche 🙂 Aujourd’hui je vous parle du roman « un petit boulot » de Iain Levison qui est sorti en 2004 en France.

Jake Skowran est un américain moyen qui bossait dans une usine. Malheureusement, la délocalisation est passée par là et Jake, ainsi que nombreux habitant de notre petite ville, se retrouve au chômage. Endetté auprès du bookmaker du coin, celui-ci lui propose en étrange contrat afin de le rembourser. Il doit tuer sa femme.

Je sais maintenant que tout peut disparaitre très vite. Pas seulement l’argent, mais la vie, la stabilité. Rien de tout ça n’est réel. Les pauvres le savent. C’est pour ça qu’ils investissent si rarement, qu’ils font si rarement avec leur argent quelque chose qui leur en rapportera davantage. Investir dans l’avenir est un luxe de riches.

Jake n’a plus rien à perdre. Plus de boulot. Plus de femme. Plus de télé. Il faut qu’il trouve une solution pour s’en sortir ! Donc pourquoi pas tueur à gages. Dans les films, c’est super simple.
La vie lui a tout prix. Cet homme n’est plus que l’ombre de lui-même. Même sa conscience a foutu le camp .

Iain Levison nous embarque dans la misère sociale. L’incidence de la crise économique, les délocalisations d’entreprises à l’étranger et les gens laissés sur le carreau. Ils essaient de poursuivre leurs vies tant qu’ils peuvent pour enfin mettre au clou tout ce qu’ils ont. La seule chose qui peut rester, c’est l’amour propre mais finalement à quoi bon !

Ce roman ne se veut pas sérieux. Le personnage principal s’embarque dans des situations cocasses et improbables.Une plume aiguisée au cuir d’une peau qui a morflé. Ce roman court, 210 pages, est un vrai plaisir de lecture.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : baz-art – the-love-book

En négatif ou plus mitigé : croqlivres

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Une petite ville américaine ravagée par la fermeture de l’unique usine, délocalisée au Mexique. Jake Skowran a non seulement perdu son travail, sa télé, son aspirateur, mais aussi sa petite amie, partie vers des cieux plus cléments… Pour ne pas perdre aussi sa propre estime, il est prêt à accepter n’importe quel « petit boulot », y compris celui que Ken Gardocki, bookmaker mafieux, lui propose: tuer sa femme. Avec sérieux et application, il s’attelle à son nouveau travail…
Un portrait au vitriol de l’Amérique des laissés-pour-compte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s