Le tour du monde littéraire : Koweït

Nouveau RDV sur le blog. Et si l’on faisait un tour du Monde par l’intermédiaire de différents auteurs et de leurs livres ? Et si on dépassait les frontières sans passeport ? Si finalement on laissait faire leur imagination et leur mot pour nous faire voyager.

Aujourd’hui, on part au Koweït ! 

On va déjà se situer sur une carte !

Un peu d’histoire !

Émirat de taille modeste, le Koweït possède pourtant une richesse gigantesque dans ses sols : le pétrole et il fait partie de l’OPEP. Cette ressource a notamment attisé les convoitises à la fois de l’Irak, qui souhaitait son annexion par la force, et des puissances occidentales, soutenues par l’ONU. La première « Guerre du Golfe », en 1991, a ainsi chassé les militaires irakiens du sol koweïtien.

Après une baisse drastique du nombre d’habitants suite à cette guerre, la population est repartie à la hausse. Avec la croissance économique très forte des dernières années, la démographie s’est même emballée et sur les 5 dernières années. 

70 % de la population est étrangère, et ce sont principalement des hommes qui viennent travailler au Koweït.  Cela entraine un déséquilibre dans la répartition hommes-femmes dans le pays. En effet, on ne compte que 39 % de femmes dans la population totale.

 La richesse tirée des revenus pétroliers et gaziers est principalement concentrée au sein de la famille royale, ce qui bloque l’épanouissement et le développement du pays ainsi que l’accueil des jeunes générations qui arrivent sur le marché du travail. 19 % seulement des Koweïtiens travaillent, dont 80 % dans le secteur public. Le reste des emplois est assuré par la foule des travailleurs étrangers.

L’occupation irakienne avait pratiquement détruit le pays. Les droits humains et surtout ceux des femmes sont une préoccupation majeure dans un pays où la religion est l’un des fondements de l’État, et où l’extrémisme religieux est de plus en plus présent. De timides réformes vont dans le sens de plus de démocratie, un terme qui en réalité ne convient pas à cette situation, le pays étant une monarchie constitutionnelle. Cependant, pour la première fois de son histoire, le parlement a accueilli des femmes dans son enceinte, à la suite des élections de mai 2009. Le territoire est entièrement désertique et désormais très urbanisé, notamment le long de la côte sud. Une situation critique d’un point de vue de l’approvisionnement en eau, surtout que la consommation a explosé.

Auteurs Koweïtiens

Taleb Alrefai

Né(e) le : 10/05/1958 Biographie : Taleb Alrefai est journaliste et écrivain. Auteur d’une dizaine de romans et de recueils de nouvelles qui portent notamment sur la condition féminine dans son pays et sur celle des travailleurs immigrés, il a présidé en 2009 le jury de l’International Prize of Arabic Fiction. « Ici même », paru en 2014, est son premier roman traduit en français.

Dans ce roman mêlant fiction et réalité, Taleb Alrefai met en scène son propre personnage, témoin d’une histoire d’amour dont il nous livre les soubresauts avec compassion, sans porter de jugement. Une jeune Koweitienne, Kawthar, défie sa famille, pourtant libérale, et dévoile aussi bien le machisme ambiant que le mensonge et la dissimulation dans la vie sociale et intime des femmes. (paru chez Actes sud en 2016)

Hilmi vit sous le toit de ses parents avec son épouse dans une bourgade de la Haute-Egypte. Son maigre salaire de professeur d’arabe ne lui offre nulle perspective d’évolution ni d’indépendance. Alors, comme des milliers de jeunes diplômés condamnés à une vie misérable, il décide d’émigrer au Koweït. Une fois sur place, il ne voit de l’Eldorado dépeint par son passeur que les quatre murs de la chambre insalubre qu’il partage avec deux congénères, et subit les tracasseries d’une administration corrompue. Au terme de nombreuses et lassantes démarches, endetté et exténué, il finit par obtenir sa carte d’identité civile, ce qui lui permet de postuler à un emploi de simple ouvrier sur le chantier de construction que dirige un certain Taleb Alrefai, connu aussi comme romancier. Mais Hilmi n’est pas au bout de ses peines. Il est aussitôt pris dans les filets d’une sordide affaire de moeurs, suivie d’une autre encore plus invraisemblable…(paru chez Actes sud en 2018)

Laila al-Othman

Laila al-Othman est née dans une célèbre famille koweïtienne. Elle a fait ses débuts dans l’écriture d’un journal local dans lequel elle partage des questions littéraires. Layla Al’Othman est un écrivian koweitien de renommée internationale. Son œuvre qui compte 3 romans et 9 recueils de nouvelles a déjà été traduite aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Russie, aux Pays-Bas, en Pologne, en Serbie…

Traduite pour la première fois en France, la nouvelle est le cadre favori de Layla Al’Othman. L’ensemble proposé ici dans une édition bilingue est tiré d’une anthologie qu’elle a réalisée à partir de plusieurs de ses recueils de nouvelles. Avec un ton tour à tour enjoué, grave ou caricatural et d’une facture relevée, Layla Al’Othman donne à la nouvelle un relief analogue à celui de la fable. Nous sommes en présence d’un auteur de grand talent dont la vie éclaire l’œuvre, une œuvre qui ne peut laisser indifférent ses lecteurs.

Les écrits de Layla Al’Othman interpellent notre monde et notre temps. Ils expriment une revendication de libération de l’individu (de la femme et de l’enfant tout particulièrement) face aux diverses formes d’oppression. Par l’écriture, Layla Al’Othman combat pour une société plus équilibrée, plus harmonieuse, elle plaide pour un peu plus d’amour, un peu moins d’égoïsme et de cruauté.

Bande dessinée

THE 99 est une bande dessinée koweïtienne créée en juin 2006 par le Dr Naif al-Mutawa, psychothérapeute et écrivain, et publiée par Teshkeel Comics. Elle montre des personnages positifs qui reprennent chacun un des 99 attributs d’Allah. Elle a été conçue en réaction à une distribution de vignettes à collectionner de kamikazes à des enfants palestiniens .

Ne rangez pas vos valises !  On repart bientôt ! Le prochain départ sera pour les iles Tonga

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s